Les leaders des trois principaux groupes armés, qui occupent la grande majorité du territoire centrafricain et mènent une offensive dans le nord et l’ouest du pays, ont annoncé leur fusion et la création d’une coalition.

Les membres de ces groupes armés décident « de fusionner tous nos mouvements en une seule entité, désignée Coalition des patriotes pour le changement (CPC), placée sous commandement unifié », ont-ils écrit dans un communiqué publié samedi, invitant « tous les autres groupes armés à adhérer ». Leur annonce survient alors que le premier tour des élections présidentielle et législatives est prévu le 27 décembre.

La CPC rassemble aujourd’hui des groupes issus de la Séléka et des milices anti Balaka contre le président Faustin-Archange Touadera. Les leaders de cette coalition, qui menace désormais la capitale Bangui d’un blocus à distance, appellent leurs membres à « fraterniser » avec les soldats des forces régulières qui désirent les rejoindre, à « respecter scrupuleusement l’intégrité des populations civiles et à « laisser passer librement les véhicules » des Nations unies et des humanitaires.

Les Casques bleus sont « en alerte maximale » pour empêcher les groupes armés « de perturber les élections », a déclaré la Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca) dans un communiqué publié vendredi. Selon des sources humanitaires et onusiennes, les groupes armés se sont emparés vendredi de plusieurs localités situées sur les axes qui desservent Bangui.

La Minusca « a déployé vendredi des forces à Bossemptélé et à Bossembélé, deux localités de la préfecture de l’Ombella-M’Poko cibles d’attaques (menées) par des éléments armés du 3R, du MPC et des anti-Balaka », a déclaré dans un communiqué son porte-parole Vladimir Monteiro. Ces trois groupes armés ont menacé de s’en prendre au pouvoir du président Faustin-Archange Touadera si ce dernier organise des fraudes, comme ils l’en accusent, pour obtenir un second mandat.

Les tensions sont très vives en Centrafrique, où les partisans du président Touadera ont accusé mercredi l’ancien président François Bozizé, exclu du scrutin par la Cour constitutionnelle, de préparer un « plan de déstabilisation du pays » alors que l’opposition craint des fraudes massives aux élections.

Le gouvernement centrafricain a accusé samedi l’ancien chef de l’État François Bozizé de tenter de fomenter un « coup d’État », après l’annonce de la fusion des trois principaux groupes armés, à une semaine des élections présidentielle et législatives.

Les membres de trois groupes armés, qui occupent la grande majorité du territoire centrafricain et mènent une offensive dans le nord et l’ouest du pays, décident « de fusionner tous (leurs) mouvements en une seule entité, désignée Coalition des patriotes pour le changement (CPC), placée sous commandement unifié », ont-ils écrit dans un communiqué publié samedi, invitant « tous les autres groupes armés à adhérer ». Leur annonce survient alors que le premier tour des élections présidentielle et législatives est prévu le 27 décembre.

À LIRE Centrafrique : à Bangui, les habitants du PK5 dans la crainte de violences électorales.

La CPC rassemble aujourd’hui des groupes issus de la Séléka et des milices anti Balaka contre le président Faustin-Archange Touadera, candidat à sa succession. Les leaders de cette coalition, qui menace désormais la capitale Bangui d’un blocus à distance, appellent leurs membres à « fraterniser » avec les soldats des forces régulières qui désirent les rejoindre, à « respecter scrupuleusement l’intégrité des populations civiles et à « laisser passer librement les véhicules » des Nations unies et des humanitaires.

La Minusca « en alerte maximale »

Les Casques bleus, qui sont plus de 11 000 dans le pays, sont « en alerte maximale » pour empêcher les groupes armés « de perturber les élections », a déclaré la Mission des Nations unies en Centrafrique (Minusca) dans un communiqué publié vendredi.

Selon des sources humanitaires et onusiennes, les groupes armés se sont emparés vendredi de plusieurs localités situées sur les axes qui desservent Bangui.

La Minusca « a déployé vendredi des forces à Bossemptélé et à Bossembélé, deux localités de la préfecture de l’Ombella-M’Poko cibles d’attaques (menées) par des éléments armés du 3R, du MPC et des anti-Balaka », a déclaré dans un communiqué son porte-parole Vladimir Monteiro.

Ces trois groupes armés ont menacé de s’en prendre au pouvoir du président Faustin-Archange Touadera si ce dernier organise des fraudes, comme ils l’en accusent, pour obtenir un second mandat.

À LIRE Présidentielle en Centrafrique : l’éviction de François Bozizé rebat les cartes.

Peu après l’annonce de cette fusion des groupes armés, le gouvernement centrafricain a accusé samedi l’ancien président François Bozizé, exclu du scrutin par la Cour constitutionnelle, de tenter de fomenter un « coup d’État ».

« François Bozizé se trouve actuellement aux abords de la ville de Bossembélé dans l’intention manifeste de marcher avec ses hommes sur la ville de Bangui », a déclaré le porte-parole du gouvernement, Ange-Maxime Kazagui.

« Il s’agit manifestement d’une tentative de coup d’État que le gouvernement tient à dénoncer en cette période électorale », a ajouté le porte-parole.

Par Jeune Afrique avec AFP

264 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire