En dépit d’une situation économique et humanitaire proprement chaotique dans le pays, le nouveau pouvoir de Bangui continue de régler ses comptes avec François Bozizé. L’ancien président par intérim, Michel Djotodia, vient de mandater deux émissaires, l’homme d’affaires Philippe Mairesse et l’ancien conseiller spécial de Robert GueïRobert Dulas. Ceux-ci ont pour mission d’approcher plusieurs cabinets d’avocats parisiens susceptibles de lancer des procédures pour recouvrer les biens mobiliers et immobiliers accumulés par l’ex-président et les membres de sa famille tout au long de sa présidence (2003-2013). L’opération, qui s’apparente à celle dite des Biens mal acquis ("BMA") engagée en France contre les présidents Denis Sassou NguessoAli Bongo ou Teodoro Obiang Nguema, cherche à déterminer les biens que l’ancien président aurait achetés en France et à l’étranger via des fonds publics détournés. Selon le mandat que La Lettre du Continent s’est procuré, les deux émissaires sont spécifiquement chargés d’effectuer "toutes les recherches nécessaires à la découverte des fonds, valeurs et objets détournés et de les bloquer".

En octobre, ils ont demandé à l’avocat parisien William Bourdon (cabinet Bourdon & Forestier), spécialiste de ces questions, de se saisir de ce dossier. Ce dernier leur a renvoyé un mémo de deux pages dans lequel il affirme être disposé "à agir rapidement pour, dans un premier temps, dresser la liste des biens susceptibles d’appartenir directement ou indirectement à François Bozizé et son clan". Me Bourdon attend toutefois certaines clarifications dans la démarche, le premier ministre Nicolas Tiangaye ayant de son côté approché d’autres avocats pour lancer la même procédure. Dans une autre missive adressée au directeur de Trac fin (Traitement du renseignement et action contre les circuits financiers clandestins), Michel Djotodia demande à cette cellule du ministère français de l’économie de coopérer pleinement avec le duo Mairesse-Dulas.

 

 

 

La Lettre du Continent.

 

197 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article