Loin du chaos banguissois, l’éphémère président Michel Djotodia a relancé ses affaires dès son installation à Cotonou. Reportage exclusif.
 

Arrivé le 11 janvier au Bénin à bord d’un avion spécial tchadien en provenance de N’Djamena, Michel Djotodia s’est installé avec son épouse béninoise, Chantal Vinadou Tohouégnon-Djotodia, 32 ans, et une partie de sa fratrie dans une belle villa blanche du quartier Zoka, à Abomey-Calavi, à proximité du commissariat central de cette localité située au nord de Cotonou. L’ancien président centrafricain par intérim bénéficie de la protection rapprochée d’éléments centrafricains en civil. En outre, son domicile est gardé jour et nuit par quatre soldats béninois postés à l’extérieur. 

Si son arrivée avait suscité de vives protestations dans le quartier, les riverains louent désormais la présence de ce généreux voisin. Dans sa villa, Michel Djotodia, 64 ans, s’entretient avec des Centrafricains installés ou de passage au Bénin. Il reçoit également de nombreux visiteurs béninois et des membres de sa belle-famille originaire de Comé, à 56 kilomètres à l’ouest de Cotonou, auxquels il vient d’offrir plusieurs véhicules flambant neufs. 
 

L’ancien homme fort de Bangui supervise également les chantiers de construction de plusieurs villas qu’il a lancés. Il suit en personne les travaux. Certaines des futures bâtisses sont vouées à la location. D’autres serviraient à accueillir une progéniture pléthorique d’ores et déjà trop à l’étroit dans la maison blanche du quartier Zoka. Jusqu’à présent, Michel Djotodia s’est abstenu de toute déclaration aux médias, conformément aux instructions des autorités béninoises qui lui ont rappelé son obligation de réserve dès sa descente sur le tarmac de l’aéroport de Cotonou.  


La Lettre du Continent

412 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article