ALAC ( African-Libyan Action Committees )

E-mail: alac.africa@hotmail.com

 

A l’attention de M.Doki Warou,

Faisant suite au texte d’ALAC relatif à la réélection d’Obama, vous avez réagi péremptoirement par un chapelet d’insanités qui vous couvriraient certainement d’opprobre. C’était sur le site Tchadanthropus du 09 novembre 2012.

Néanmoins, nous vous remercions d’avoir réagi. Cependant, si vous estimez que nos écrits sont des « barboullis et poisons» sans dûment étayer votre affirmation, cela ne pourrait nullement contribuer à nous convaincre et à éclairer notre lanterne.

L’histoire de l’Afrique combattante jugera ceux qui, par leurs comportements passifs ou de collabos, se retrouvent dans le même camp que les impérialistes qui ont assassiné Lumumba, Sankara, Kadhafi, Cabral, Machel, Ngouabi, Chris Hani…ces dignes fils et héros de l’Afrique combattante, celle qui refuse la soumission aux puissances étrangères et à laquelle nous appartenons. Inversement, pour vous Monsieur Doki, ces héros sont des dictateurs qui ont le tord d’avoir combattu pour une Afrique indépendante, unie et prospère. Pour notre part, soyez assurés que notre organisation African Libyan Action Committees (ALAC), continuera à défendre les héros africains dont le Guide Kadhafi, les peuples et leurs dirigeants insoumis aux diktats des puissances impérialistes (Laurent Gbagbo, Hugo Chaves, Robert Mugabe, Evo Morales, Bachar El Alssad, Castro…).

Au demeurant, il conviendrait de rappeler que pour les puissances occidentales impérialistes, est dictateur tout dirigeant du sud insoumis. Ce dernier est alors combattu voire éliminé physiquement. En revanche, les tyrans de la Françafrique soumis, bénéficient de la bienveillance et protection. Malgré leurs crimes, ils ne sont pas fustigés par les médias. C’est le cas du Général président dictateur Déby qui règne sur le Tchad depuis 22 ans grâce aux interventions de l’armée française contre les Forces de résistances nationales.

Nous osons encore espérer que Monsieur Doki saurait saisir cette nuance et l’hypocrisie des puissances occidentales dans leurs croisades guerrières à géométrie variable contre certains dirigeants des pays du sud. Monsieur Doki, toutes nos longues analyses sont rationnelles et bien argumentées. Il serait judicieux de votre part de les lire avant toute réaction épidermique d’une légèreté déconcertante. Force est de constater que malheureusement, vous ne le faites pas comme vous l’affirmez par ailleurs vous-même. C’est regrettable. Nonobstant votre aversion à tout effort intellectuel ne fusse t-il minime, ne serait-il pas plus raisonnable d’essayer d’apporter la moindre contradiction par des arguments solides et rationnels?

Vous affirmez que nous serions un des « produits des intellectuels tchadiens» qui serait dangereux pour le Tchad et contre lequel le pays devrait être « protégé de nous satans». Nous avons au moins le mérite de tenir un débat intellectuel, il vous appartient vous « saint » d’apporter des solides arguments contradictoires de même niveau afin de nous convaincre. Cependant hélas, nous constatons avec une certaine pitié que votre notoire déficit argumentaire se traduit par une colère consolidée par des injures et attaques ignobles à notre vie privée, à notre famille (notre épouse). Vous avez alors écrit ces phrases d’une rare bassesse humaine :


« tu es nourri, logé et protégé par des impérialistes, tu as une impérialiste dans ton lit»
. Monsieur Doki, ce genre de propos orduriers, sont indignes de celui qui s’autoproclame « intellectuel tchadien saint ». Vous avez une étrange conception de débats contradictoires utiles d’intellectuels. Notre culture et éducation ne nous permettent pas de nous rabaisser au niveau zéro de polémiques futiles, de dénigrements qui seraient vos points forts. Inversement, nous maintiendrons nos contributions aux débats contradictoires d’intellectuels que nous affectionnons tant.


Pour votre gouverne, Monsieur Doki, nos longues analyses sont heureusement faiblement contredites. En revanche, elles suscitent de vifs intérêts et fortement appréciées de nombreux africains, européens, américains, asiatiques qui luttent contre les affres de la domination impérialiste. Les nombreux courriels à haute teneur intellectuelle qui nous sont adressés, les conférences sur l’Afrique auxquelles nous sommes invités en qualité d’intervenant, les interviews accordées aux journaux et grandes radios à portée internationale sont des preuves irréfutables. Tenez, par exemple il y a quarante huit heures, la voix de la Russie (Radio Moscou) m’a interviewé sur la réélection du Président Obama. Nous vous convions à écouter notre réaction à chaud en cliquant sur le lien suivant :
http://m.ruvr.ru/data/2012/11/07/1275995485/yazon_7-11.mp3


J’aurais vivement souhaité que notre pays
, le Tchad puisse avoir beaucoup d’hommes marqués idéologiquement, capables d’accepter des débats contradictoires fructueux, fondement d’un état démocratique. A cet effet, je citerais le blog du compatriote Makaila qui, malgré les attaques dont il est victime, constitue néanmoins un espace, prémices de débats contradictoires et démocratiques.


Vous conviendrez avec nous que c’est à partir des débats contradictoires rationnels d’intellectuels que
naissent des idées justes.


Monsieur Doki, ne serait-
il pas plutôt judicieux pour vous, de fournir des efforts cérébraux importants? C’est la voie royale de pouvoir intégrer sans complexe ce petit cercle « d’intellectuels tchadiens satans » qui tentent d’instaurer des débats contradictoires au Tchad. Vous sortirez alors grandi et respecté pour les contributions utiles qui seraient les vôtres.


ALAC restera toujours solidaire de l’Afrique combattante. En effet, les injustices infligées à notre continent
par la domination impérialiste doivent être combattues. C’est une question de légitime défense pour la survie des peuples africains.

Avec objectivité, sincérité et conviction militante anti impérialiste,

ALAC (African-Libyan Action Committees) Le Secrétaire Général

Dr LEY-NGARDIGAL Djimadoum E-mail: balac.africa@hotmail.com  
227 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article