Le langage est direct, aucun discours de populisme politique. Le président de transition scrute, explique et convainc son audimat sur un langage franc.

Le programme politique est décliné en 12 points et 100 actions qui sont réalisables sur un quinquennat.

D’abord la sécurité, la paix et la réconciliation nationale qui sont un acquis sur les 3 ans et demi dirigé par Mahamat Idriss Deby Itno pendant la transition. Et c’est fort de ce constat que le rêve de prendre la destinée du Tchad pour son essor est né.

Les 5 ans suffisent largement pour mettre en lumière tous les projets mis en avant sur les divers secteurs des infrastructures, de l’énergie, de l’eau, de l’éducation, de l’industrialisation, de l’élevage et de l’agriculture, de l’emploi, et de la mise en avant des secteurs prioritaires pour la nation.

Ce programme de campagne pensé depuis fort longtemps va se faire avec des hommes et des femmes politiques, qui feront asseoir toutes les promesses évoquées par le président de transition Mahamat Idriss Deby Itno. Et c’est de cet élan que les promesses que fait le président candidat vont être tenues et plus encore.

Il ne s’agit pas de faire un show médiatique, ou faire des promesses fallacieuses qui ne peuvent être tenues. Le populisme n’est pas sa tasse de thé. Mahamat Idriss Deby Itno ne dit que l’absolue vérité sur la reformation du pays et la promotion d’un état solidaire respectant l’étymologie de la république forte et juste pour tous. La vérité est son crédo, sa nature coranique, biblique, là où la désinvolture n’y trouve sa place.

Le président candidat promet sans équivoque de développer le secteur économique plus résilient et diversifié ; très conscient de la situation morose des entrepreneurs tchadiens, des investissements très en deçà des espérances, et ses conséquences sur le panier de la ménagère.

Outre mesure, depuis le début de transition, le système de santé a été amélioré dans le monde rural et la modernisation des équipements sanitaires dans certains hôpitaux et dispensaires en ville suit son cours. C’est dire ô combien important le cap mis sur la santé publique. Si justement pendant la transition autant d’efforts sont faits, qu’en sera-t-il pendant un quinquennat ?

Le système éducatif doit être refondé et bâti sur un plan ambitieux ou l’enseignant doit être revalorisé tant en salaire et droit. Le système éducatif couplé à la jeunesse et aux sports ne pourra que rehausser la visibilité du Tchad sur la scène internationale. Il l’a promis le candidat du Tchad uni et solidaire de permettre au monde du sport tchadien d’avoir toute sa place tant en équipement et en lumière.

La femme tchadienne n’est-elle pas déjà à une place jamais égalée depuis l’indépendance du Tchad. Avec un ministère d’État qui porte son nom, la promesse est faite de promouvoir davantage ses droits et son rôle dans l’administration et la société.

L’épineux problème de l’énergie et de l’eau ne sont pas insurmontables. Très conscients de la nécessité première de l’énergie, même pendant la transition, des projets sont en train d’être exécutés pour mieux servir la ville de N’Djamena. 30 mégawatts de solaire à Adinew qui sont presque terminés, et 200 mégawatts de solaire à Mara, ensuite le projet de 400 mégawatts de solaire dont la signature est en vue. Voilà la vision post-mandat pendant la transition, et les explorations continuent. En 5 ans l’eau et l’électricité seront une réalité évidente.

Le désenclavement de notre pays est très pris au sérieux dans ce programme. En démarrant tous les travaux aux arrêts, une bonne partie des projets, routes et infrastructures de désenclavement vont être améliorées sans doute.

La diaspora est au cœur du projet quinquennat avec le rayonnement du Tchad à l’étranger, et faire de celle-ci un véritable levier de développement.

Les richesses culturelles du Tchad sont indéniables, les merveilles sur les 1 284 000 m2 feront du Tchad une destination garantie et riche en couleur. Tout cela ne pourra être une réalité que si le facteur sécurité et l’assurance ne sont pas garantis. Et cela, en 3 ans et demi de pouvoir pendant la transition, Mahamat Idriss Deby Itno a démontré son pragmatisme politique sur la sécurité de son pays, la quiétude de sa population, et la confiance collective.

Sans doute, sans populisme hautain, c’est avec Mahamat Idriss Deby Itno que le Tchad pourra trouver sa voie.

Tchadanthropus-tribune 

720 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire