11/11/14: TCHAD/Le peuple clame sa voix: Les jeunes, élèves et étudiants et population civile sont tous dans la rue. Leurs revendications sont réelles et logiques. Mais où est l’opposition démocratique ? Où sont ses leaders ? Pourquoi ne viennent-ils pas en appui de ces manifestants ? Si l’opposition politique dite démocratique ne vient pas appuyer la revendication du peuple en manifestant à ses côtés, elle sera disqualifiée, car rien ne devient concret si cette opposition se calfeutre derrière les communiqués et les oraux de bonne intention. Il faut rendre un hommage appuyé à la société civile qui a eu l’audace de faire le travail de coulisse, il y a un début à tout, et clairement il faut avouer que la peur a changé de camp. Toutes les prisons ne pourront contenir le peuple dans son ensemble, et la mort ne vient qu’une fois, le jour où Dieu te rappelle à lui. Le pouvoir d’Idriss Deby après 24 ans d’autocratie doit prendre en compte la colère populaire. Ne pas satisfaire les besoins immédiats du peuple tchadien ne mérite pas qu’on le représente à quelque lieu qui soit. Les Tchadiens souffrent d’injustice sociale, de cherté de vie, de manque de salaire, d’électricité, de détournement de deniers publics, de népotisme, de clientélisme, d’enrichissement illicite par une minorité au pouvoir, de tricherie administrative ethnico tribale du clan au pouvoir. Les Tchadiens ont faim et ne peuvent contenir leur colère. Et par temps normal, un président qui prend la mesure des revendications du peuple doit limoger son gouvernement et mettre en place une équipe technique qui selon un cahier de charge précis doit enrayer les points endémiques de la contestation. Mais, Deby garde toujours les mêmes voleurs de la République que le peuple vomit jour après jour. Ceux-là mêmes qui pensent à leurs fauteuils, leurs portefeuilles, et au diable les Tchadiens. Mais le peuple est seul souverain, et saura prendre son destin en main.

 

320 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article