23/04/14: TCHAD/Droits de l’homme: La CTDDH s’insurge contre les manigances du régime Deby. Une réunion convoquée par les représentants de la société civile au sein du Cadre National de Dialogue (CNDP) et réunissant les ONG des Droits de l’Homme s’est tenue  le 2 Avril 2014, dans la salle de réunion d’INADES Formation ; l’objet de la rencontre était pour les initiateurs de convaincre les ADH de participer à la formation des démembrements de la  Ceni au niveau régional ; à la proposition formulée   par le représentant d’ACAT- Tchad  de discuter d’abords de l’opportunité de participer à la CENI, les organisateurs  ont rétorqué qu’il s’agit de discuter uniquement  des modalités pratiques de cette participation comme si le principe de cette participation était déjà acquis ; excédé par cette réponse, le représentant de la CTDDH s’est levé pour dire tout ce qu’il pense de cette rencontre : voici en substance ce qu’a dit Mahamat Nour Ibedou « nous avions cru en venant à cette réunion que les ADH allaient discuter de l’opportunité de participer ou non à la constitution des  démembrements de la Ceni ; visiblement, nous sommes mis devant un fait accompli ; pour nous à la CTDDH, le fait de participer à la formation des Ceni provinciales est une caution qui sera donnée au gouvernement pour l’organisation une fois de plus ,d’une mascarade électorale ; notre organisation aurait souhaité qu’un forum de cette envergure puisse se tenir pour discuter des actions à mener contre la vie chère, contre l’injustice, contre l’insécurité etc.  Il est regrettable que les ADH puissent se réunir pour se partager des miettes et légitimer des élections  dont ils connaissent pourtant l’issue ; Deby sera réélu, il aura la majorité au parlement, il aura les élus locaux qu’il voudra ; le gouvernement le sait, l’opposition le sait et nous ici, le savons ; Sans vouloir renier notre appartenance à l’environnement de la société civile tchadienne, notre organisation tien à dire par ma voix aux camarades ici présent que le jour où les ADH se décideront à mener des actions contre les violations répétées des droits de l’homme au Tchad, contre la vie chère, contre l’insécurité, contre l’injustice, alors appelez nous ! De grâce ne nous appelez plus désormais pour ce genre de rencontre ».

 

160 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article