Le ténor du barreau avait notamment défendu Klaus Barbie. Il est décédé jeudi à l’âge de 88 ans.
Jacques Vergès était l’un des plus célèbres avocats français, mais aussi l’un des plus controversés. Lui-même se qualifiait de «salaud lumineux». Jeune résistant puis combattant pendant la Seconde Guerre mondiale, communiste, Jacques Vergès s’est taillé au fil de procès retentissants une réputation sulfureuse d’avocat du diable, assurant la défense de Pol Pot, le chef des khmers rouges ; le Palestinien Waddi Haddad, dirigeant de la «première multinationale de la terreur»; Anis Naccache, qui avait tenté d’assassiner l’ancien premier ministre iranien Chapour Bakhtiar ; Illich Ramirez Sanchez, alias «Carlos», le terroriste vénézuélien ; des militants du FLN en Algérie, l’une de ces plus grandes causes ; le nazi Klaus Barbie, le chef de la Gestapo lors de son procès à Lyon en 1987, et encore des chefs d’État africains… Il prit fait et cause,avec Roland Dumas, pour Laurent Gbagbo, après sa défaite à l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire, sa dernière grande cause.

Sa technique? La «défense de rupture», qu’il a lui-même théorisée. Celle-ci consistait à casser la logique de l’accusation en détournant l’attention sur un autre événement.

Jacques Vergès a vu le jour au Siam il y a quatre-vingt-huit ans ; son père était réunionnais et sa mère vietnamienne, lui était un anticolonialiste convaincu. Il a passé son enfance et son adolescence à la Réunion. Au lycée Leconte-de-Lisle, il fut le compagnon d’études de Raymond Barre , à qui il dispute la place de premier. En 1942, il n’a pas encore 18 ans lorsqu’il s’engage dans la Résistance. Membre du Parti communiste – son frère était le leader du parti sur l’île de la Réunion -, il passe ensuite quelques années à Prague à l’époque où la Tchécoslovaquie est l’une des dictatures les plus dures du bloc de l’Est. À son retour, il prête serment et devient avocat en 1955.

Puis, en 1970, il disparaît. Purement et simplement. Il ne réapparaîtra que dix ans plus tard, sans jamais revenir sur cet épisode de sa vie. Nul ne sait ce qu’il fit. Lui entretient le mystère…

À 88 ans, cet homme au destin romanesque venait de publier un nouveau livre de souvenirs, De mon propre aveu.DansL’Avocat de la terreur, le documentariste Barbet Schroeder avait dressé un éblouissant portrait de l’enfant terrible du barreau, présenté à Cannes dans la section officielle «Un certain regard». Ces cinq dernières années, Jacques Vergès se produisait au Théâtre de la Madeleine, où il racontait dans un spectacle le roman de sa propre vie, avec brio.


Jacques Vergès s’est éteint jeudi à l’âge de 88 ans. Son confrère Jacques Kiejman a rendu hommage à un homme «dont la dimension intellectuelle dépassait de loin la sphère judiciaire», «un des deux ou trois avocats extraordinaires de la génération qui était la mienne».
 

Le Figaro

249 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article