En Guinée,  des éléments de la garde nationale ont tenté jeudi 30 novembre dans la soirée  de libérer des responsables gouvernementaux qui se trouvaient en garde à vue avant de se retrancher dans une caserne. Des tirs nourris ont été  ensuite entendus  le vendredi 1er décembre dans la  matinée ont rapporté les medias locaux.

La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao)  dans un communiqué publié ce samedi 2 décembre 2023 affirme avoir « appris avec une profonde préoccupation la violence qui a éclaté à Bissau dans les premières heures du vendredi 1er décembre 2023 ».

La Cédéao « condamne fermement la violence et toutes les tentatives visant à perturber l’ordre constitutionnel et l’état de droit en Guinée-Bissau » et « demande l’arrestation des auteurs de l’incident et qu’ils soient  poursuivis conformément à la loi ». Elle exprime par ailleurs sa pleine solidarité avec le peuple et l’autorité constitutionnelle de la Guinée

Le Tchadanthropus-tribune

594 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire