17/10/2016: TCHAD/SOTEL: Hamit Djéroua Moura – un nom, plusieurs matricules, plusieurs salaires, et détournements au nez et à la barbe des contrôleurs de l’état. Avant d’atterrir à la Sotel-Tchad, société d’État, Mr Hamit Djéroua DG de cette entreprise était commandant de brigade à Goundi dans le sud du pays. Intégrer à la fonction publique sous le matricule 116394, ce diplômé en Guinée (à contrôler, identifier et certifier), un diplôme qui indique qu’en 9 mois il est devenu ingénieur. Notre source est infaillible sur cette investigation, il gagne 4 salaires par mois malgré la vache maigre que promulgue Idriss Déby Itno. DG de Sotel avec le matricule 7010 SA, agent de ARCEP (ancien OTRT), gestionnaire de la pharmacie Eguini, et il garde malgré son poste de DGA à la Sotel-Tchad, son salaire de commandant de brigade. La Sotel-Tchad est une entreprise d’état endetté jusqu’au bout à cause de la gestion catastrophique des dirigeants qui l’ont dirigé. Sotel paye difficilement ses employés, au découvert à travers ECOBANK. De janvier 2015 à juin 2016, les justifications des recettes de fibre optique ESSO et autres, jointes à ce flash ne sont jamais versées au trésor public, preuve à l’appui. Le versement de ces sommes est continuellement détourné. L’enquête menée sur place grâce à la même source détaille des anomalies de gestion que personne ne puisse révéler ou en parler à cause des menaces qui pèsent sur les personnes concernées. Pire, certains cadres sont complices de ces détournements. Quand on observe les 3 institutions de Télécoms du pays, elles sont toutes gérées par des proches ou affiliés au pouvoir indique notre source. Si notre héros du jour (Hamit Djéroua Moura) spolie les Tchadiens grâce à deux matricules, le 116394 et le 7010 SA, ses atouts pour ses autres salaires d’agent ARCEP, de commandant de brigade, et gestionnaire à la pharmacie Eguini n’ont pas été révélés à la rédaction. Un fonctionnaire de l’état a-t-il le droit d’avoir plusieurs fonctions lucratives ? La question reste posée. Que disent les textes de la République ? C’est aux contrôleurs et inspecteurs de l’état de faire leur travail honnêtement et le justifier. Le Tchad ne mérite pas cela. L’investigation continue… À suivre. 


249 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article