Des informations de plusieurs sources indiquent que Idriss Deby est en train de lever, avec l’assistance  de la France, des unités  spéciales  composées essentiellement des anciens opposants  tchadiens  ralliés   et autres radiés de l’armée  tchadienne.

Le despote tchadien entend  saisir, par l’envoi des hommes, la belle occasion des islamistes au nord du Mali pour parvenir  à quatre objectifs principaux:

1—résoudre l’épineux problème des anciens opposants ralliés laissés pour compte et autres radiés de l’armée tchadienne, la plupart n’appartenant pas au clan du despote ;

2—normaliser ses relations  avec la France, se rendre indispensable et incontournable  dans la sous-région ;

3—obtenir de l’argent des Occidentaux, Européens et Américains, cet argent son obsession et sa hantise permanentes. Déjà, on propose un million de francs CFA aux volontaires pour la « mission du Nord Mali  » .

4—montrer que ni le Mali, ni la CEDEAO  n’est à même de résoudre ses propres problèmes  sécuritaires  et fait appel à un Idriss Deby pour mettre hors d’état de nuire une poignée d’islamistes.

Pourtant, les hommes de Idriss Deby avaient donné visage des piètres combattants  au Rwanda et au Congo-République Démocratique d’ où ils étaient partis  « talons aux fesses » .

En République centrafricaine, les hommes de Idriss Deby  n’avaient été que  des simples pillards. Après la victoire peu glorieuse de Bozizé, des lits  de l’hôpital central de Bangui ( capitale centrafricaine )  étaient en vente aux  marchés de Ndjamena , des  véhicules  immatriculés  RCA entraient   et sortaient  de la Présidence de la République de Idriss Deby au vu et au su de tous, d’autres étaient entrés par milliers au Soudan  .

Jamais, les Centrafricains  n’oublieront le pillage systématique de leur pays par les bandes de prédateurs sans foi ni loi de Idriss Deby lors de l’avènement au pouvoir de Monsieur Bozizé.

A rappeler pour l’histoire que sans le soutien multiforme, diplomatique, matériel, financier  et militaire  de la Libye de  Kadhafi  et de la France,
les hommes de Idriss Deby auraient été battus par l’opposition politico-militaire tchadienne depuis fort longtemps.

Vouloir  décerner la médaille du  meilleur stratège militaire  africain à Idriss Deby  constitue  une grosse erreur.

                                                             

Le  24  juillet  2012

Mahamat Hassaballah
Combattant de l’A N C D.

                                                             

 

236 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article