29/01/16: TCHAD/Le climat de N’Djamena semble nocif pour la santé de Déby. Les communicants de la présidence des Itno ne doivent pas seulement s’en prendre aux sites et blogs de l’opposition, ceux tapis depuis l’étranger qui les empêche de dormir. La lettre du continent et plusieurs autres médias reviennent sur la santé bancale d’Idriss Deby « Depuis le 22 décembre 2016, Idriss Déby passe le plus clair de son temps dans son fief, loin de N’Djamena. De quoi alimenter les rumeurs sur sa santé. Après un aller-retour éclair à Ouagadougou le 21 janvier, Idriss Déby a aussitôt regagné Amdjarass, son fief du nord-est du pays où il s’est retiré depuis le 22 décembre. Cette visite au Burkina Faso à la suite des attentats du Splendid hôtel n’a constitué que le second déplacement officiel depuis cette date, après une brève escale le 9 janvier 2016 à Cotonou, où le chef de l’État tchadien a assisté à la clôture du sommet de l’UEMOA. Ce rythme, tout à fait inhabituel chez Idriss Déby, continue d’alimenter une rumeur, persistante depuis plusieurs semaines et amplifiée par le silence du numéro un tchadien, sur la dégradation de son état de santé alors que ses séjours prolongés dans ce village, où est enterré son père, sont d’ordinaire couverts par Télé Tchad, la télévision nationale n’a diffusé qu’un reportage de quelques minutes, le 16 janvier. Idriss Déby apparaît les traits tirés, s’appuyant sur une canne qui ne le quitte plus. Son médecin personnel, Hassan Mahamat Hassan, se tient par ailleurs en permanence à ses côtés. Seuls les membres de sa famille peuvent lui rendre visite, les ministres ayant été priés de rester dans la capitale pour gérer les affaires courantes. Autre signe d’effacement, Idriss Déby n’a présidé qu’un conseil des ministres depuis le début de l’année et il n’est apparu que quelques heures à la 3e édition du Festival des cultures sahariennes organisé à Amdjarass, du 23 au 29 janvier 2016. L’ensemble des pays du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad), dont Idriss Déby assure la présidence, s’inquiètent désormais de voir, dans un contexte sécuritaire délétère, cette organisation tourner à vide depuis le début de l’année… À suivre.

 

248 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article