Les rebelles dans l’Etat soudanais du Kordofan-Sud ont assuré avoir tué ou blessé vendredi près d’une centaine de soldats gouvernementaux.
La bataille, à quelques jours de l’anniversaire du soulèvement, le 5 juin 2011, a opposé les rebelles aux forces soudanaises qui tentaient de reprendre deux villages dans la région de Al-Abbasiya (au nord-est du Kordofan-Sud), selon Arnu Ngutulu Lodi, porte-parole des rebelles du Mouvement de populaire de libération du Soudan (SPLM-N).
Le porte-parole de l’armée soudanaise n’a pas pu être joint pour commenter les déclarations des rebelles.
Les bilans des pertes au combat ne peuvent pas être vérifiés par des sources indépendantes sur le terrain et sont en général considérés comme peu fiables par les analystes.
Les forces gouvernementales "ont lancé une attaque sur deux de nos positions", selon le porte-parole des rebelles, qui a assuré que les corps de 48 soldats avaient été relevés sur le terrain tandis que des informations "provenant d’une source interne à leur unité" faisaient état d’une cinquantaine de blessés.
Un rebelle a été tué lors des affrontements, a ajouté M. Lodi.
Le SPLM-N, qui opère dans les Etats soudanais du Nil Bleu et du Kordofan-Sud, est un ancien allié des rebelles qui dirigent aujourd’hui le Soudan du Sud, devenu indépendant en juillet 2011 après près de vingt ans de guerre civile (1983-2005).
Dans une résolution du 2 mai, le Conseil de sécurité de l’ONU avait sommé Khartoum et les rebelles du SPLM-N à négocier un accord sous l’égide de l’Union africaine, afin d’apaiser la tension entre les deux Soudans.
En conflit notamment sur le tracé des frontières, les deux voisins s’accusent mutuellement de soutenir des groupes rebelles sur leurs territoires respectifs. 
252 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article