La Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma a été élue présidente de la Commission de l’Union africaine (UA), le dimanche 15 juillet au soir, à Addis-Abeba, lors du 19e sommet de l’institution. Quatre tours ont été nécessaires aux chefs d’Etats réunis en huis clos pour départager le Gabonais, Jean Ping, président sortant, et sa concurrente.

 

Au premier tour, Dlamini-Zuma a emporté 27 voix contre 24 pour Ping. L’écart n’a ensuite cessé de s’élargir. Au deuxième tour, la ministre sud-africaine des Affaires intérieures a gagné deux partisans supplémentaires (29 voix contre 22), avant d’en totaliser 33 contre 18 au troisième tour.


C’est alors que Jean Ping s’est désisté. Il restait à son opposante à gagner le vote de confiance. En janvier dernier, la configuration était diamétralement opposée et Ping n’était pas parvenu à emporter la majorité des deux-tiers des voix nécessaire à l’élection du président, malgré le désistement de la Sud-Africaine.

Explosion de joie

Cette fois-ci, cette dernière a su s’imposer haut la main avec 37 voix. Dès que les résultats ont été rendus publics, les partisans de la Communauté des Etats d’Afrique australe (SADC) ont explosé de joie dans les couloirs du siège de l’UA où se tiennent les travaux du sommet.


La 
bataille entre Ping et Dlamini-Zuma, qui a duré plus de 6 mois, se termine donc au premier soir du sommet, avec la victoire de la candidate du pays d’Afrique subsaharienne le plus puissant. C’est la première fois qu’un anglophone dirigera la Commission de l’UA. 

La Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma a été élue dimanche présidente de la Commission de l’Union africaine, lors d’un sommet à Addis Abeba et à l’issue d’une bataille sans précédent contre le sortant gabonais Jean Ping, pour ce poste clé de l’institution continentale.

"Maintenant nous avons le président de la Commission de l’UA, Mme Zuma, qui va prendre les destinées de cette institution qui est notre bras opérationnel", a déclaré à la presse le chef d’Etat béninois Thomas Boni Yayiu, qui assure pour sa part pour un an la présidence tournante de l’UA.

La ministre sud-africaine de l’Intérieur, ancienne ministre des Affaires étrangères et ex épouse du chef de l’Etat Jacob Zuma, a été élue au quatrième tour de scrutin par les chefs d’Etat, au détriment du président sortant Jean Ping.

"Elle a eu 37 voix soit trois de plus que la majorité requise", a indiqué à l’AFP un haut responsable de l’UA s’exprimant sous couvert d’anonymat, un score confirmé par d’autres sources au sein de l’organisation.

Un précédent sommet de l’UA en janvier dernier avait échoué à départager M. Ping et Mme Dlamini-Zuma, ouvrant de profondes divisions au sein de l’institution continentale, notamment entre pays francophones et anglophones. M. Ping avait alors été reconduit à titre provisoire dans ses fonctions.

Mme Dlamini-Zuma, 63 ans, est la première femme et le premier responsable anglophone à diriger la principale institution de l’UA depuis que cette organisation a succédé en 2002 à l’Organisation de l’unité africaine (OUA).

La ministre sud-africaine est arrivée en tête aux trois premiers tours de scrutin dimanche soir devant M. Ping, sans toutefois réunir la majorité requise de deux-tiers des voix. Seule candidate en lice au quatrième tour, elle a alors obtenu 37 voix, soit trois de plus que la majorité des deux-tiers des délégations, qui était de 34 voix.

"L’Afrique a parlé d’une seule voix. Il n’y a pas eu de perdant ni de gagnant. C’est l’Afrique toute entière qui a gagné", a assuré à la presse M. Boni Yayi.

Les présidents anglophones étaient cependant particulièrement enthousiastes en sortant de la salle de réunion. "Cela signifie énormèment pour l’Afrique (…) pour le continent, pour l’unité, et pour le pouvoir des femmes", a affirmé M. Zuma à la presse.

Mme Dlamini-Zuma "est une combattante de la liberté, pas une bureaucrate ni un diplomate", a assuré, rayonnant, le président ougandais Yoweri Museveni.

"C’est une bonne chose pour l’Afrique australe. Nous (en Afrique australe) n’avions jamais eu ce poste", se félicitait, tout sourire, un membre de la délégation du Zimbabwe auprès de l’AFP.

S’exprimant avant son élection, Mme Dlamini-Zuma avait minimisé les risques de division, estimant que "le continent est suffisamment fort pour ne pas être fissuré par une élection entre deux personnes".

Elle s’était également efforcé d’apaiser les craintes d’une main-mise de l’Afrique du Sud, la locomotive économique du continent, sur l’organisation. "L’Afrique du Sud ne va pas déménager à Addis pour venir diriger l’Union africaine, ce sera Nkosazana Dlamini-Zuma, si je gagne, qui viendra ici, pas l’Afrique du Sud", a-t-elle déclaré.

Les précédents présidents de la Commission ont été l’Ivoirien Amara Essy (2002-2003) puis le Malien Alpha Oumar Konaré (2003-2008), avant l’élection de M. Ping en 2008.

213 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article