(Inscription obligatoire à l’adresse : contact@pmctchad.or)

Mercredi 17 avril 2013 18H20 – 20H

« LE MÉTIER DES ARMES AU TCHAD »

Par  Marielle DEBOS

Maîtresse de conféences en science politique (Université Paris Ouest – Nanterre La Défense )

A l’occasion de la parution de son livre:
 « LE MÉTIER DES ARMES AU TCHAD- Le gouvernement de l’entre-deux guerre » (Editions Karthala, Paris, Avril 2013 )

Lieu : INALCO ( , 65, Rue des Grands Moulins, 75013, Paris –( Salle 3.03 ) 

Accès : 

Métro : Station Bibliothèque François-Mitterrand –Linge 14 ou RER C

BUS : Lignes et 62,  89,  et 132 – Arrêt: Bibliothèque François-Mitterrand;;
Ligne 325 : Arrêt THOMAS MANN

Comment vit-on du métier des armes dans un pays marqué par la récurrence des rébellions et des répressions ? Que font les combattants quand ils ne sont pas mobilisés par la guerre ? Et, au fond, qu’est-ce qu’être un combattant ou un ancien combattant ? A partir d’une enquête menée au Tchad auprès de ces hommes, ce livre interroge le recours aux armes quand celui-ci devient à la fois une forme ordinaire de la lutte politique et un métier.

En suivant les trajectoires des combattants qui passent d’une faction à une autre, de la rébellion à l’armée, et empruntent parfois des chemins qui mènent en Libye, au Soudan ou en Centrafrique, l’auteure révèle la fluidité de leurs loyautés mais aussi les hiérarchies qui marquent le métier des armes. Elle éclaire ainsi les règles d’un monde trop souvent associé au chaos ou à l’anomie. L’ouvrage montre que la constitution de ce métier, loin de s’opposer à la formation de l’État, est indissociable de la trajectoire historique de celui-ci et d’un mode de gouvernement violent. L’enjeu n’est plus seulement de savoir comment mettre fin à la guerre mais aussi comment sortir de l’entre-guerres entretenu par la violence d’État.

Au-delà du cas tchadien, l’ouvrage constitue une réflexion majeure sur les frontières de la guerre et de la paix. Par un aller-retour subtil entre réflexions théoriques et observations ethnographiques, il ouvre de nouvelles pistes d’analyse sur les processus de routinisation et de professionnalisation de la violence et offre un regard critique sur les politiques du « post-conflit » et du « statebuilding ».


Marielle Debos est maîtresse de conférences en science politique à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense et chercheuse à l’Institut des Sciences Sociales du Politique. Elle a été postdoctorante « Marie Curie » à l’Université de Californie, Berkeley.
 
257 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article