Le Président de la Transition, le Général Mahamat Idriss Déby Itno, selon la correspondance qui lui a été adressé, par le collectif des anciens députés de la troisième législature a instruit en date du 26 octobre 2022, le reversement de  leurs droits, par la Présidence du Conseil National de Transition. Mais TOUT EN déplorant leur situation, le collectif rappelle au Président de transition par courrier que jusqu’aujourd’hui, il n’y a même pas un début d’exécution suite à ses hautes instructions.

 

Le collectif pointe du doigt accusateur ce non début d’exécution de reversement de leurs droits, Dr Haroun Kabadi, ancien président de l’ancienne Assemblée nationale et aussi le président de l’ancien groupe parlementaire MPS. Le Président du Conseil National de Transition qui se justifie,  dit qu’en tant que président d’une haute institution de la transition, et compte tenu du principe de séparation des pouvoirs exécutifs et législatif, ne se sent pas lié par des instructions émanant du Président de Transition qui est un organe de transition comme le Conseil national de Transition dont il est président.

Pour le collectif des anciens députés de la troisième législature, « après 10 ans et 8 mois de bons et loyaux services à la nation », leurs doléances se résument par le versement de la part patronale de leurs pensions versées par l’Assemblée nationale au compte de chaque ancien député et les intérêts financiers qui sont générés. Il revendique également le versement de deux mois de retenue sur leurs salaires opérés à la suite des 16 mesures et reversées par le Trésor public à la questure de l’Assemblée nationale.

 

Trois autres points de revendications du collectif concernent la régularisation de leurs frais de mission et frais médicaux non payés depuis 2014 puis la clarification au sujet des fonds provenant de la vente aux députés des véhicules pourtant reformés par l’Assemblée nationale en faveur des utilisateurs. Et enfin, la clarification de leurs cotisations à la Mutuelle de santé dont ils ne sont plus membres.

 

«Nous sentant complètement désemparés et poussés à notre dernier retranchement, nous revenons une fois de plus vers vous, en tant que premier magistrat de notre pays et garant de la justice, de la paix et de la sécurité de tous les citoyens et de leurs biens, solliciter votre ultime interventions pour qu’une solution à l’amiable soit trouvée à cette malheureuse crise dont le pays pouvait bien se passer en cette phase cruciale de transition », plaide le porte-parole du collectif, Néatobeye Le-Nasseguengar auprès du Président de la republique Mahamat Idriss Déby Itno.

Le Tchadanthropus-tribune avec Tchad info

2532 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire