Depuis quelques jours le Ministre de la sécurité publique a commencé à faire des déclarations tout azimut soit disant pour protéger le paisibles citoyens. Des mesures prises à bâton rompus pour soit interdire les berges du fleuve pour une prétendue sécurité, ou soit réglementer le transport en commun. 
A quoi la fréquentation des fleuves Chari ou Logone menacerait-elle la sécurité des n’djamenois ? Si ce n’est qu’une intention manifeste de limiter la liberté de circulation des biens et des personnes. En tout état de cause ces mesures n’ont rien de sécuritaire pour le commun des citoyens. En effet, il est des choses audacieuses auxquelles Mr le Ministre de la sécurité doit s’en occuper. Même si on pensait que les kiosques placés au bord du fleuve cachent parfois des activités suspectes (drogues, cocaïnes et autres produits illicites…….), il y a des personnes qui n’obtiennent leurs pains qu’en exerçant des petites activités sur cette partie du fleuve. 
Le bon sens consisterait plutôt à réglementer cette partie, au lieu de la déclarer « zone rouge ». La décision est brusque et brutale. Le citoyen ordinaire devait légitimement se poser les questions suivantes : est-ce que ces débrouillards (si on peut les appeler ainsi) pourraient s’adonner à certaines pratiques illicites sans la complicité des agents de la sécurité ?est-ce que l’interdiction de cette partie n’est pas un faux-fuyant qui cache quelque chose de plus sérieuse qu’on le pense ? En quoi les simples piroguiers pourraient menacer la sécurité ? 
Quant aux fraudeurs qui fréquentent cette partie du fleuve, il est connu de tous qu’ils font leurs activités au vu et au su de tous les policiers et autres douaniers « bogo bogo » sans crainte et que personne n’ose lever le petit doigt pour les dénoncer ou les arrêter, ils les narguent avec dédain et Mr le Ministre sait de qui il s’agit, ne voilons pas la face devant la vérité. Les agissements du Ministre ces derniers temps nous font comprendre qu’on vit à la manière de la jungle ou le plus fort fait valoir sa raison. C’est comme si la loi n’est faite que pour être appliquée aux faibles. D’ailleurs c’est cela qui se passe. Nul n’est au dessus de la loi, a-t-il affirmé, malheureusement il se contredit en disant que seul le Président de la République est au-dessus de la loi. Simple lapsus ou méconnaissance des règles élémentaires du droit ?en tout cas c’est une expression bien étudiée et qui ouvrirait la brèche à plusieurs analyses. 
Contrairement à ce qu’affirme Mr le Ministre, la loi est impersonnelle, elle est faite pour tous, mais il existe des personnalités qui bénéficient des immunités, mais cela ne le placerait pas au dessus de la loi. En ce qui concerne le transport, on a cru comprendre que le Ministre allait jusqu’au bout de sa décision. Il a été décidé que tous les transporteurs doivent respecter le nombre des places inscrites sur la carte grise de leurs véhicules, effectivement ce qui a été appliqué depuis la déclaration du Ministre. La mesure est incohérente en ce sens qu’elle a donné l’occasion aux transporteurs d’augmenter les tarifs et c’est bien évidemment le maillon faible de la population qui en pâtie, elle subit énormément et quotidiennement les décisions irréfléchies. Les tarifs ont doublé au point ou certains citoyens sont obligés de faire leurs courses à pied, les budgets familiaux ont considérablement baissés, les paniers de la ménagère subissaient et continuent de subir le coup. 
A quel sain cette population tchadienne va se vouer ?dans un Etat ou chaque nouveau Ministre faisait sa « loi » sous prétexte d’améliorer la situation des citoyens et au finish ça retombe sur la population. Rien ne doit se faire, si on ne se défait pas de ce carcan dictatorial qui anime certains caciques des anciens régimes. Quand on prend une mesure on doit continuer à veiller sur son applicabilité. Cela ne voudrait pas dire qu’il faut prendre une chaise rester sur le carrefour, intimer l’ordre aux policiers d’arrêter tous ceux qui n’ont pas des casques, triller les véhicules, arrêter certains vitres fumés pendant que certains passent sans la moindre vérification, s’acharner sur certains quand d’autres circulent sans immatriculation. 
En ce qui concerne le port des casques, ce n’est pas de cette manière qu’il faut procéder, la population a besoin de comprendre ce que c’est un casque ?pourquoi le porter ?quel est son avantage ?ce faisant tout le monde comprendra le bien-fondé et n’a pas besoin de la police pour le porter. Un plan de communication bien corsé devrait être fait pour donner aux citoyens toutes les informations nécessaires. Au sujet du transport, je crois qu’il faut suivre de prêt les tarifs pour qu’au moins on sente que l’autorité existe et que les paroles soient suivies d’effets. Au moment où je parle tout est revu à la hausse le transport interne comme interurbain. Les exploitants de ce secteur ne se soucient de rien, étant donné qu’il n’existe aucun standard de prix fixé par l’Etat. Ils fixent les tarifs comme ils l’entendent et depuis quelques années ça ne va que crescendo, malgré la diminution du prix de carburant. Le Ministre doit se serrer la ceinture pour être pragmatique, il doit revoir ses décisions téléguidées pour se s’occuper de la sécurité de ses concitoyens.

 Abouhamid 

130 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article