(Agence Ecofin) – L’ancien directeur de cabinet et grand argentier de Mouammar Kadhafi, recherché par Interpol, est sorti de sa réserve. Il a reçu à Johannesburg le magazine Vanity Fair pour une interview exclusive.


Après la chute de Kadhafi, en dépit d’un mandat de recherche par Interpol Bachir Saleh, s’était réfugié en France durant plusieurs mois jusqu’à ce que les médias s’interrogent sur cette étonnante présence libre à Paris. Il quittera alors précipitamment l’Hexagone en mai 2012 pour réapparaître quelques mois plus tard, au grand jour, à Johannesburg, en qualité de demandeur d’asile politique.


A propos du financement de la campagne de Nicolas Sarkozy et du document publié en avril 2012 par le site Médiapart, évoquant une réunion qui aurait eu lieu à ce propos avec l’ancien ministre français de l’Intérieur Brice Hortefeux, Bachir Saleh dément : « Ce document est un faux grossier. La forme ne correspond à rien d’habituel, ce n’est pas le langage que nous utilisions à ce niveau. Et comment imaginer que, si une telle décision avait été prise, elle aurait été consignée sur un papier officiel ? Personne ne peut sérieusement croire une chose pareille. » Déclare-t-il.


Concernant les soupçons qui pèsent sur lui à propos de la gestion des fonds souverains qu’il gérait, notamment la Libyan African Portfolio (LAP) visant l’Afrique et le fonds LAICO visant essentiellement les grandes compagnies internationales, Bachir Saleh renvoie la question : “Pendant que la LAP investissait 7 milliards de dollars en Afrique, la LAICO a placé 65 milliards de dollars dans le reste du monde et bizarrement, on n’en parle presque pas. Aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, en France, en Allemagne, en Espagne, en Suisse… Il y a eu beaucoup d’évaporation et de corruption. Sans parler des 200 milliards de dollars que l’Etat avait placés dans les banques européennes et américaines, ni des tonnes d’or entassées dans les banques de Libye. Après la chute de Kadhafi, une partie de ces richesses a disparu. Ce n’est pas moi qu’il faut interroger pour savoir où elles sont.

 

262 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article