En dépit des démarches diplomatiques qui se multiplient, les autorités maliennes n’ont toujours pas décidé de la libération de ces soldats. Ils sont en prison à Bamako depuis juillet 2022

Le président togolais, Faure Gnassingbé, a séjourné, mercredi 4 janvier 2023, à Bamako dans le cadre de la médiation porté par son pays en vue de faire libérer les 46 militaires ivoiriens. Selon plusieurs sources le président togolais aurait plaidé la « grâce présidentielle » auprès du Colonel Assimi Goïta.

Les soldats, soupçonnés d’être « des mercenaires », sont détenus au Mali depuis juillet 2022. Ils  ont même été condamnés, le 30 décembre 2021, à vingt ans de réclusion criminelle, après avoir été déclarés coupables « d’attentat et complot contre le gouvernement », « atteinte à la sûreté extérieure de l’Etat », « détention, port et transport d’armes et de munitions de guerre  ayant pour but de troubler l’ordre public par l’intimidation ou la terreur ».

Pas de sanction immédiate de la Cédéao

Le président en exercice de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest des Etats ouest-africains (Cédéao) a assuré, mercredi 4 janvier, qu’il n’y aurait pas de sanctions contre le Mali dans l’immédiat, malgré l’ultimatum fixé au 1er janvier 2023 par l’organisation sous-régionale pour libérer les soldats.

Le président Bissau-Guinéen, Umaro Sissoco Embalo, a justifié cette décision de la Cédéao, par le souci de laisser la médiation togolaise travailler à la libération de ces 46 militaires ivoiriens.

En rappel, le Président Ivoirien dans son message à la veille du nouvel an a rassuré que les 46 soldats seront bientôt libres

Le Tchadanthropus-tribune avec D.W

2381 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire