L’armée malienne a annoncé ce 14 novembre 2023 la prise de la ville stratégique de Kidal (nord), fief de la rébellion du Cadre stratégique permanent (CSP). Dans un communiqué publié en fin de journée, le CSP a reconnu s’être retiré de son fief de Kidal, mais a assuré continuer le combat contre l’État central.

 

L’offensive des Forces armées maliennes (Fama) vers Kidal avait repris ce 13 novembre 2023. Les Fama et leurs supplétifs russes s’étaient approchés à une quinzaine de kilomètres du fief de la rébellion du Cadre stratégique permanent pour la paix, la sécurité et le développement (CSP-PSD).

Après avoir infiltré la ville dans la nuit, l’armée malienne et ses partenaires de la société russe Wagner, ont pris dans la matinée de mardi position dans la localité. Contrôle de l’aéroport, des camps militaires, des témoins ont ensuite vu du véhicule de l’armée dans le centre-ville de Kidal…. Il n’y a pas eu de combats à l’intérieur de la ville.

Les derniers combattants rebelles ont quitté la ville de Kidal. Ce qui renforce sur place la présence de l’armée malienne et des combattants de Wagner. La prise de Kidal par est une bonne nouvelle pour la junte malienne. Depuis 11 ans, cette localité échappe au contrôle de l’État central.

Le CSP confirme s’être retiré « pour des raisons stratégiques »

 

Le Cadre stratégique permanent, une alliance de groupes armés à dominante touareg, a dit dans un communiqué s’être retiré de Kidal « pour des raisons stratégiques » après avoir « durant plusieurs jours stoppé l’avancée (de l’armée en) lui infligeant des grandes pertes humaines et matérielles ». « La lutte continue », jure le CSP.

 

Ce mardi en fin de journée, les opérations de sécurisation se poursuivaient. Au moins un appareil de l’armée (hélicoptère) a atterri dans cette ville contrôlée depuis 11 ans par les rebelles réunis au sein d’une coalition dénommée CSP-PSD.

 

Les rebelles du CSP ont quitté la localité et se sont retranchés un peu plus au nord vers Abeïbara, non loin de la frontière avec l’Algérie. Reste que entrer à Kidal et contrôler la ville sur la durée sont deux choses différentes. Un officier malien rétorque : « nous avons pris les dispositions pour ».

 

Même technique d’infiltration que lors de la prise d’Anéfis

Les troupes maliennes et ses alliés sont entrés dans la ville par une technique d’infiltration déjà utilisée il y a un mois dans une ville située plus au sud.

 

Tout s’est joué dans la nuit de lundi à mardi. La technologie des forces russes qui appuient l’armée malienne a été utilisée. Un expert parle de « techniques d’infiltration avec visions nocturnes ». La même technique a été décisive il y a un peu plus d’un mois, lorsque l’armée malienne et ses partenaires russes ont pris le contrôle de la localité d’Anéfis, située à 100 kilomètres au sud de Kidal.

 

La ville s’est vidée de ses habitants. Ils ont pour la plupart pris la direction de la frontière algérienne située plus au nord. Selon les rares témoins que nous avons pu joindre, les conditions de vie de ces civils sont difficiles et, comme toujours en cas de conflit, les femmes et les enfants sont les plus nombreux.

Le Tchadanthropus-tribune avec RFI

 

773 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire