À travers un communiqué de presse rendu public le vendredi, 24 mai 2024, il a été créé, lors de la 3ᵉ Convention des Médias Africains qui s’est tenue du 15 au 17 mai dernier au Ghana, le Réseau Africain des Avocats des Médias (AMLN). Le tout premier réseau continental ayant pour mandat de protéger la liberté d’expression et la liberté de la presse en Afrique.

Lors de cette 3ᵉ  Convention à laquelle des centaines de délégués venus d’Afrique et de la communauté mondiale ont assisté, ce réseau d’avocats a été officiellement lancé par Dr Rita Bissoonauth, Directrice du bureau de Liaison de l’UNESCO à Addis-Abeba auprès de l’UA et de la CEA, en collaboration avec Sarah Peeters de l’Union Panafricaine des Avocats (UPA).

 

Lors dudit lancement, Dr Bissoonauth a déclaré : « La liberté d’expression et la sécurité des journalistes sont en déclin en Afrique. Malheureusement, les journalistes continuent d’être attaqués et font face à de nombreux défis. C’est pourquoi il y a eu un consensus pour créer le Réseau Africain des Avocats des Médias comme une étape majeure dans nos efforts pour relever les défis ».

 

Commentant ce lancement, le président du CAJ, Chris Isiguzo, a indiqué  que : « Nous sommes ravis de lancer officiellement le Réseau Africain des Avocats des Médias, un effort dirigé par le PALU, Le CAJ et l’UNESCO. Il s’agit d’une étape majeure dans la lutte pour mettre fin à l’impunité pour les crimes contre les journalistes qui subissent les arrestations arbitraires, les détentions et les poursuites malveillantes. Nous rassemblons une équipe d’avocats au sein du réseau pour Offrir une réponse rapide dans les cas où les journalistes sont confrontés à de tels défis à travers l’Afrique ».

 

La création de l’AMLN, le tout premier réseau continental d’avocats des médias, vise à protéger et promouvoir la liberté de la presse, à fournir une expertise juridique et à aider les journalistes et les médias à plaider en faveur d’un environnement juridique propice à un Journalisme indépendant et responsable dans les États membres de l’UA.

 

Le projet est soutenu Par un financement de l’UNESCO/PIDC. Grâce à une équipe d’avocats habilités, l’AMLN mènera des réponses concertées aux menaces et aux harcèlements émergents contre les journalistes et fournira le soutien juridique nécessaire, notamment en révisant les lois et politiques relatives aux médias. L’AMLN facilitera davantage la collaboration et le partage des connaissances entre les acteurs juridiques, les partenaires médiatiques et les parties prenantes, ce qui pourra accélérer la protection des journalistes et La promotion de la liberté de la presse sur le continent.

 

L’AMLN, actuellement hébergé par le PALU à Arusha, en Tanzanie, va maintenant se lancer dans la consolidation d’une équipe d’avocats à travers le continent et élaborer un plan d’action pour une réponse rapide aux cas de journalistes poursuivis en justice, ainsi que mener des initiatives de recherches et de réformes juridiques sur les lois répressives dans les pays membres de l’UA.(Ndjampost)

Tchadanthropus-tribune

423 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire