L’ONU a annoncé ce mercredi 15 novembre, la reprise de ses vols humanitaires au Niger. Ils avaient été suspendus après le coup d’État qui a renversé le président Mohamed Bazoum en juillet. L’UNHAS, le service aérien d’aide humanitaire des Nations unies, sert notamment à acheminer des produits médicaux ou à transporter des personnes malades et des personnels humanitaires.

 

Quelque 4 millions 300 mille personnes dépendent de l’aide humanitaire dans le pays, dont plus de 3 millions sont en insécurité alimentaire aigüe. Le directeur du Programme alimentaire mondial au Niger (PAM), qui gère ce service aérien, Jean-Noël Gentile rappelle l’importance de tous ces déplacements dans le pays.

« Il y a eu une période où il a fallu effectivement se coordonner avec les autorités sur la façon d’utiliser ce service-là au Niger. Nous avons pu en parler et nous entendre sur les modalités acceptables d’intervention, et nous sommes tout à fait satisfaits de cette position des autorités.

 

Si je regarde uniquement les chiffres de 2023, nous avons 173 organisations humanitaires qui sont enregistrées, donc agréées comme utilisatrices de ce service aérien. Cela représente à peu près 1360 passagers par mois et également 2,4 tonnes de fret par mois, essentiellement des médicaments, du matériel médical ou du matériel de communication.

 

Nous disposons de deux avions, un avion de 50 places et un avion de 35 places. Initialement, l’UNHAS a été créé pour rejoindre la destination de Diffa, qui était un pôle de concentration des interventions humanitaires, mais sur ce trajet-là, nous effectuons bien sûr des arrêts à Maradi et Zinder où nous avons également des opérations, (nous pouvons) aller également jusqu’à Agadez qui est une zone extrêmement reculée, et sur ce trajet (nous pouvons nous) arrêter également à Tahoua. »

Le Tchadanthropus-tribune avec RFI

681 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire