Dans une tournure dévastatrice des événements, l’État du Plateau au Nigeria a été témoin d’une série d’attaques coordonnées contre des villages, entraînant un bilan stupéfiant de plus de 160 personnes.

Ces attaques, qui ont eu lieu dans les zones de gouvernement local de Mangu et Bokkos, ont provoqué une onde de choc dans les communautés, incitant le gouverneur de l’État du Plateau, Caleb Mutfwang, à jurer que les auteurs de ces actes seront traduits en justice.

 

Le gouverneur Mutfwang a exprimé sa profonde tristesse, face à la perte de vies innocentes, en particulier au cours d’une période qui devrait être marquée par la paix et la joie.

Il a dénoncé la nature insensée et non provoquée de ces attaques, déclarant : « Assez, c’est assez. Nous ne pouvons pas continuer ces attaques insensées, stupides et non provoquées. C’est totalement injustifié. » Les violences, qui ont initialement éclaté dans la région de Bokkos, se sont propagées à la ville voisine de Barkin Ladi, faisant 30 morts supplémentaires, selon le président local Danjuma Dakil.

Cette région a longtemps été un point chaud de tensions entre éleveurs transhumants et agriculteurs sédentaires, se disputant les ressources naturelles. Le changement climatique et les défis démographiques au Nigeria, un pays de 215 millions d’habitants, ont encore alimenté ce conflit de longue date.

Le gouverneur a critiqué les agences de sécurité pour leurs stratégies perçues comme réactionnaires, appelant à une évolution vers des mesures proactives pour prévenir de telles attaques. « Nous n’aurons pas de repos tant que nous n’aurons pas traduit en justice les coupables de ces actes ignobles. En collaboration avec d’autres agences de sécurité, les opérations de déminage commenceront immédiatement », a déclaré le commandant de l’armée nigériane Abdullsalam Abubakar.

L’une des principales préoccupations soulevées par le gouverneur Mutfwang, est l’absence d’arrestations et de poursuites, ce qui contribue à donner aux citoyens le sentiment que les assaillants sont protégés. Ces critiques soulignent la nécessité d’une stratégie globale pour s’attaquer aux causes profondes du conflit, et garantir que les auteurs répondent de leurs actes.

 

Les attaques, qui auraient été menées par des bandes militaires appelées « bandits », visaient plus de 20 communautés différentes. Le bilan des morts, initialement estimé à 16 par l’armée, s’est fortement alourdi pour atteindre au moins 160, les responsables du gouvernement local ayant fourni un compte rendu plus précis de l’ampleur de la tragédie. Plus de 300 blessés ont été transférés vers les hôpitaux de Bokkos, Jos et Barkin Ladi, ce qui souligne la gravité de la situation.

En réponse à l’escalade de la crise, le porte-parole du gouverneur Mutfwang, Gyang Bere, a assuré au public que le gouvernement prendrait des mesures proactives pour freiner les attaques en cours contre des civils innocents.

 

Les dirigeants locaux, dont Dickson Chollom, membre du parlement de l’État, ont condamné les attaques et ont exhorté les forces de sécurité à agir rapidement. Chollom a souligné l’unité de la communauté dans la poursuite de la justice et d’une paix durable. Au niveau international, Amnesty International a critiqué les autorités nigérianes pour leur incapacité à réagir aux fréquentes attaques meurtrières contre les communautés rurales de l’État du Plateau.

 

L’organisation a souligné la nécessité urgente pour le gouvernement de relever les défis sécuritaires dans la région, et de protéger les populations vulnérables. Alors que les tirs continuaient de se faire entendre dans la région, les attaques dévastatrices ont souligné la nécessité immédiate d’une approche globale et proactive pour résoudre les problèmes complexes contribuant à la crise sécuritaire dans l’État du Plateau.

Le Tchadanthropus-tribune avec Alwhida

571 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire