Dans son message ce 8 mars à l’occasion de la commémoration de la journée internationale de la femme, le secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (ONU), Antonio Guterres a rappelé que des défis restent à relever pour atteindre la pleine égalité des genres dans le domaine de la science, de la technologie et de l’innovation.

 

La journée mondiale de la femme est célébrée chaque année dans le monde pour faire valoir et montrer l’importance de la femme. Malgré cette célébration de chaque année, déplore Antonio Guterres, les défis qui restent à relever restent jusque-là énormes. La célébration de cette année a pour thème principal la réduction des disparités entre femmes et hommes dans les domaines de la science, de la technologie et de l’innovation.

 

Selon Antonio Guterres, à l’échelle mondiale, les hommes ont 21 % de chance de plus que les femmes dans les domaines de la technologie et de l’innovation. Un écart qui dépasse les 50 % dans les pays à faible revenu et les pays les plus riches ne sont pas épargnés. “Dans le secteur des technologies, les hommes sont deux fois plus nombreux que les femmes. Dans le domaine de l’intelligence artificielle, la proportion s’élève à cinq contre une, elles ne représentent que 3 % des personnes récompensées par un prix Nobel dans les catégories scientifiques depuis 1901”, relève le secrétaire général de l’ONU.

 

Il indique que les femmes qui excellent dans certains domaines notamment les scientifiques et les journalistes, sont souvent la cible de discours haineux et d’agressions sexistes qui visent à les dénigrer et à les réduire au silence. “Nous devons également agir pour offrir aux femmes un environnement numérique sûr et mettre fin à l’impunité des auteurs d’agressions en ligne et des plateformes numériques qui leur permettent de perpétrer de tels actes”, appelle-t-il.

 

Antonio Guterres, poursuit que l’égalité des genres n’arrivera pas toute seule et qu’il faut en faire une priorité et une aspiration car cette approche donne des résultats à l’ONU. L’organisation, ajoute-t-il, a mis en place une stratégie pour la parité des genres au sein de son personnel.

 

Le secrétaire informe en outre que l’Organisation des Nations Unies travaille avec les États, la société civile, le secteur privé et d’autres à l’élaboration d’un code de conduite visant à réduire la malveillance et l’impunité qui règnent sur les plateformes numériques, tout en défendant la liberté d’expression. “Investir en faveur des femmes et des filles est le moyen le plus sûr d’améliorer le sort de toutes les personnes, communautés et pays, et de mener à bien le Programme de développement durable à l’horizon 2030”, conclut-il.

Le Tchadanthropus-tribune avec Tchad info

1834 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire