01/02/16: TCHAD/Processus électoral : Comment le 1er ministre Payimi (le mollusque que vous connaissez) tacle le Conseil constitutionnel suivant des jeux d’intérêts. Dans le cadre des élections futures, personne n’ignore le rôle que joue le Conseil Constitutionnel. En effet, Ce dernier intervient dans toutes les phases du processus électoral avant, durant et après les élections. Aussi, pour faire face à ses obligations en matière électorale, le Conseil Constitutionnel a décidé de se doter d’un outil informatique complet au coût dérisoire (à peine un million d’euros). Cet outil, d’après nos sources, permet de veiller à la régularité des scrutins avec la bénédiction des soi-disant plus Hautes Autorités. Mais, selon la même source, le 1er ministre faisant fi des instructions du Président de la République (Idriss Deby) refuse de mettre à la disposition du Conseil Constitutionnel les fonds nécessaires pour l’acquisition du logiciel, son paramétrage et la formation du personnel, prétextant les difficultés financières fictives de l’heure, parce que faisant le jeu d’un lobby qui lui sied, fait-tout pour soustraire la gestion du recensement des votes par le biais d’une société qui leur appartient et, de l’avis de certains observateurs, aux compétences et méthodes plus que douteuses. Comme si cela ne suffisait pas d’une biométrie sans kit, donc non crédible à plusieurs échelles, il faut priver les grandes institutions déjà acquises au système MPS de jouer pleinement leurs rôles. Affaire à suivre …

 

141 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article