Veinard, répètent certains députés à l’hémicycle. Mais ce n’est que partie remise renchérissent d’autres. La réunion tenue hier dans l’après-midi à l’Assemblée nationale a permis au député Matoingué Benelngar initiateur de ladite interpellation pour le vendredi 23 juin 2017 de demander son retrait, une interpellation du 1er ministre devant l’Assemblée nationale. Qu’est-ce qui s’est passé entretemps pour que Mr Matoingué se ravise ? Les frondeurs à l’hémicycle accusent certains députés de manipulation et de corruption. Un soupçon plane sur le 1er ministre sur le fait qu’il arrose sans complaisance des députés influents de la majorité comme Mrs Koloutou, Moussa Kadam, Djiddo Sabre, Béchir Madet, l’ex député Siamou Mme Habiba Sahoulba. C’est pourquoi à chaque fois, les manipulations sont tellement fortes que notre vendeur de Margouillats à tête rouge échappe aux questions des députés. Sinon comment comprendre que la démarche initiée par le même député Matoingué Benelngar, en de termes véhéments, faits subitement pschitt à 48 heures de son épilogue ? Toutefois, vu comment les choses se dessinent, Pahimi Albert Padacké ne pourra échapper à son renvoi. Idriss Déby sait comment mettre ses affidés sur un piédestal, et à quel moment les jeter. Pahimi Albert Padacké a raison de faire le forcing pour demeurer à son poste. Qui est fou de ne pas vouloir toucher 75 millions de FCFA par mois de fonds spéciaux au-delà de son salaire ? Mais quoi qu’il fasse il cèdera ce fauteuil, car le peuple tchadien a besoin de changement et d’espoir. Avec Pahimi Padacké rien n’est permis… À suivre.

Tchadanthropus-tribune

  

2024 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article