Nous sommes choqués de voir M REED Brody, activiste arrogant, continuer de nous pomper l’air avec l’affaire HH. Cela fait plus de 12 ans que ce monsieur qui s’est autoproclamé « chasseurs de dictateurs (noirs) » tout un programme, autant dire  négrier, je ne l’ai pas entendu aller chasser sur d’autres terres. Se comportant comme en territoire conquis Reed Brody crie, hurle, insulte même les chefs des confréries religieuses pour leur soutien à Hissein Habré. Je me rappelle qu’en 2005, au moment de l’affaire Belge, il s’était fait hué au Tribunal par beaucoup de gens qui souhaitaient lui exprimer leur ras le bol. Enervé et piqué au vif, il pondit un communiqué pour traiter les chefs religieux du Sénégal d’être corrompus, quelle impudence et arrogance ! Au nom de quoi et de quel droit, les chefs religieux du Sénégal ne peuvent- ils  pas exprimer leur avis sur la question ?

Sommes-nous des gibiers pour le chasseur ? Il est vrai qu’il est armé et prêt à nous descendre, nous éliminer  c’est d’ailleurs la philosophie de tous les chasseurs.

L’affaire Habré a fait intervenir la CIJ  et Reed Brody de menacer le Sénégal de ses foudres s’il ne s’exécute pas. Permettez moi de mettre à votre disposition  ces quelques précisions  qui devront aider à la démystification de cet homme  qui, sous parapluie de son pays, menace, insulte et désinforme à tout va.

En 1990, la CIJ a condamné les Etats Unis pour une intervention armée contre le Nicaragua, elle a édicté crûment que les Etats Unis opéraient un recours à la force illégal contre le Nicaragua et qu’ils ne pouvaient s’abriter derrière  le droit à  une  légitime défenseUne autodéfense contre une attaque à venir, c’est-à-dire « une autodéfense contre des attaques non encore réalisées est totalement inadmissible » dit la Cour Internationale de justice  en fustigeant le pays de Reed Brody .

Quelle fut la réponse de ce pays ?

La réaction a été de renforcer les attaques contre le Nicaragua, et le Congrès Américain a voté des crédits pour permettre ces nouvelles attaques.

Tout le monde politico médiatique ainsi que  celui des ONG de M Reed Brody, tous à l’unanimité ont déclaré : « La CIJ nous a condamné, cela signifie qu’elle s’est discréditée, et le New York Times de titrer : «  Cette cour est un forum hostile aux USA   donc elle n’a aucun crédit. Nous estimons avoir le droit d’utiliser la force et la violence. Si les autres ne le comprennent pas, qu’ils dégagent ! » Extrait de « Subversion as Foreign Policy » de Georges Kahin.

Le conseiller juridique du Département d’Etat  Abraham Sofaer expliquait qu’il est hors de question que les Etats Unis acceptent les décisions de la CIJ , « Nous ne pouvons permettre à cette cour de juger un de nos actes  car on peut prévoir qu’elle ne sera pas de notre avis. Cela ne signifie pas que nous ayons tort, mais en revanche cela signifie qu’Elle a tort. »

Autrement dit, le Droit International n’a pas de sens pour nous, nous tenons le fouet et on fait ce que l’on veut. N’est- ce pas  le même comportement qu’a Reed Brody au sujet des nombreuses décisions de justice en faveur du Président Hissein Habré. Dés l’instant, qu’une décision ne lui est pas favorable, c’est une foutaise et il n’en tiendra pas compte,  par conséquent son harcèlement doit  se poursuivre.

On nous dit qu’il faut soit juger soit extrader, alors peut- on nous expliquer pourquoi la Grande Bretagne  qui a dû se pencher sur le cas Pinochet, celle-ci n’a ni extradé ni jugé Pinochet. Bien au contraire, elle a laissé l’ancien président chilien rentré chez lui en Argentine. Et pourtant, c’est sur la même base, c’est-à-dire la convention de New York que les plaintes ont été déposées. Qu’est- ce que cela signifie ? Que le Sénégal est souverain et qu’il peut décider librement .De plus, il n’a aucune leçon ni injonction à recevoir de qui que ce soit. Surtout pas de la Belgique, de la France ou des Etats Unis, ces derniers n’ont même pas reconnu la CPI, quant à la Belgique, elle s’est distinguée comme le colonisateur le plus cruel et le plus abject. Citons,  par exemple,  l’exigence posée aux soldats congolais sous sa coupe de ramener les mains de tous les hommes appartenant aux tribus qui se révoltaient devant leurs mauvais traitements et chaque matin, les mains coupées s’entassaient devant la  maison du colon belge. (Voir photo).

Pour finir, je dirai que juger l’ancien président tchadien  posera un grave problème par rapport à la question de l’asile politique qui lui a été accordé librement par les autorités sénégalaises. Le Sénégal devant l’histoire aura renié la parole donnée, pire la notion d’Etat n’aura plus aucun sens car la remise en cause de la parole donnée, fera passer notre pays pour une république bananière sans droit ni loi que celle du monarque  tout puissant.

En accordant l’asile politique, l’Etat du Sénégal se doit de respecter sa parole, sa signature, et normalement quelque soit le chef d’Etat qui succède à celui qui a accordé l’asile politique, il se doit de le respecter, c’est cela un Etat de droit .Cela se passe comme cela dans les démocraties. Par exemple, la France a accueilli Baby DOC sous Mitterrand, Chirac n’a pas remis en cause cet asile, et nous pouvons citer plusieurs autre  cas. Cela veut dire que dans le cas de l’affaire HH, c’est le Président Diouf qui a manqué à sa parole. C’était à lui qu’il revenait de refuser les plaintes. Mais comme il était affaibli politiquement et au bord de la chute, il crut que cette affaire lui rapporterait gros et il s’y engagea. C’est pour cela que Wade répétait souvent: «  C’est Abdou DIOUF qui a lancé l’affaire…moi j’en ai hérité.. ». D’ailleurs, il semblerait que le Président ATT  ne songe pas à rester définitivement au Sénégal et chercherait un autre pays discrètement. Peut- on le lui reprocher, n’importe qui  y regarderait à deux fois, car il n’y a aucune différence entre ses conditions d’accueil et celles accordées au Président tchadien.

Au Sénégal, les gens sont choqués par l’idée d’un jugement car  on ne peut pas accueillir quelqu’un comme un hôte chez soi, qu’il vive parmi nous pendant plus de 20 ans et qu’un beau matin, on le saisit pour le juger, ce n’est pas sénégalais, entend-on souvent dire. C’est lâche et contraire à toutes les valeurs et coutumes du pays.

Je demande au Président Macky Sall de s’appuyer sur ce qui fait le Sénégal et de mettre fin définitivement à cette affaire et si Reed Brody n’est pas d’accord qu’il nous démontre son objectivité en harcelant les responsables israéliens dont les mains sont tachés du sang du peuple palestinien. Comment quelqu’un qui défend Sharon peut-il se permettre de nous donner des leçons ?

Professeur Lamine THIOBANE. 

341 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article