Reporter Sans Frontière a rendu public, un rapport sur la situation des journalistes au Sahel. C’est un rapport de 21 pages intitulé, “Dans la peau d’un journaliste du Sahel”.

Du Tchad au Mali, en passant par le Niger, sans oublier le Burkina Faso, les journalistes ont vu leurs conditions de travail se détériorer très nettement, indique Reporter Sans Frontière (RSF), dans son rapport publié, ce 03 novembre, intitulé « Dans la peau d’un journaliste du Sahel ».

 

Les pressions exercées par les juntes au pouvoir et leurs injonctions patriotiques « favorisent le développement d’un journalisme aux ordres et un phénomène d’omerta autour de certains sujets sensibles », précise Sadibou Marong, directeur du bureau Afrique Sub-saharienne du RSF, dans la préface de ce rapport.

 

Le document poursuit que depuis novembre 2013, au moins sept journalistes ont été tués dans le Sahel. Six sont portés disparus. Près de 120 ont été arrêtés ou sont encore détenus. Et les menaces de mort, les agressions, les entraves, le saccage de matériel et de locaux se comptent en dizaines.

 

Au regard de ce tableau sombre, RSF recommande à la fin de son rapport, aux membres de la CEDEAO et de la CEMAC, d’élaborer un code de conduite sous-régional pour la sécurité des journalistes en zone de conflits concernant en particulier les femmes journalistes ; de reconnaitre et garantir le droit à l’information tel qu’énoncé par le Partenariat pour l’information et la démocratie, mais aussi de soutenir le développement et la mise en place d’une agence régionale de soutien aux médias.

 

Aux partenaires internationaux des pays du Sahel, le Réseau recommande de financer et sponsoriser des formations sur la sécurité des journalistes ; d’aider les médias à mettre en place des protocoles de sécurité.

1786 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire