Preuve d’un manque de leadership en Afrique centrale, Denis Sassou Nguesso s’est totalement laissé déborder dans le dossier centrafricain. N’est pas médiateur qui veut !


Denis Sassou Nguesso
 rêvait de débarquer à Paris, le 8 avril, auréolé du titre de super-médiateur dans les crises africaines et d’offrir à François Hollande un dossier "Centrafrique" bien ficelé en guise d’œuf de Pâques. Il devra plutôt faire profil bas. Contrairement à Omar Bongo, qui en avait fait un sacerdoce, le règlement des crises sous-régionales ne réussit pas au chef d’Etat congolais. Principal négociateur dans la crise centrafricaine, Sassou, qui sera hébergé au Meurice durant son séjour en France, a totalement échoué à asseoir son autorité sur cette médiation et à faire respecter les Accords de Libreville pourtant signés sous sa houlette, le 11 janvier, par la majorité de la classe politique centrafricaine et la rébellion de la Séléka. Le 24 mars, le renversement de François Bozizé cautionné par le Tchad est venu ruiner ses ambitions. 
 

Faiseur de roi à Bangui, Idriss Deby apparaît comme le vrai maître de la Centrafrique et l’interlocuteur privilégié des puissances occidentales. Il devait d’ailleurs réunir à N’Djamena, à partir du 3 avril, ses homologues de la CEEAC pour évoquer la nouvelle donne à Bangui. Par manque de maîtrise du dossier et malgré ses efforts, Denis Sassou Nguesso n’a guère plus de chances de faire aboutir ses bons offices dans la crise du Kivu, à l’Est du Congo-K, et se faire réellement entendre de ses homologues Paul Kagamé (Rwanda) et Yoweri Museveni (Ouganda), parrains de la rébellion du Mouvement du 23 mars (M23). Au sein de la CEEAC, tout semble désormais s’organiser autour des deux puissances militaires que sont le Tchad et l’Angola. Alors qu’Ali Bongo entretient une vraie distance à son endroit, le président congolais reste peu crédible au plan diplomatique et militaire. Il ne peut guère marquer son influence qu’à travers ses réseaux maçonniques et financiers dans des pays comme le Bénin, le Burkina Faso, le Niger ou encore la Guinée. 

La Lettre du Continent.

239 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article