Le nouveau président sénégalais Bassirou Diomaye Diakhar Faye a annoncé mercredi à Dakar qu’il allait convoquer “de larges concertations” avec les acteurs du milieu politique, de la justice et de la société civile en vue de procéder à une réforme du système électoral, de la justice et de limiter le nombre de partis politiques au Sénégal.

La réforme du système électorale devra notamment porter sur le remplacement de la Commission électorale nationale autonome (CENA) par une Commission électorale nationale indépendante (CENI), avec un renforcement de ses moyens de fonctionnement et de ses prérogatives, a expliqué M. Faye, dans une adresse à la nation à la veille de la fête de l’indépendance du Sénégal, qui sera célébrée jeudi 4 avril.

Concernant la justice, il s’agira de “lui redonner le prix qu’elle mérite et la réconcilier avec le peuple au nom duquel elle est rendue”, a-t-il souligné, ajoutant qu’il comptait associer dans les concertations à venir “les professions du métier (magistrats, avocats, huissiers, greffiers et autres auxiliaires de justice), les professeurs d’université et les citoyens pour identifier des pistes de solution aux problèmes de la justice”.

Au sujet de la politique, la réflexion portera sur la rationalisation du nombre de partis politiques, ainsi que sur leur financement, sur l’inscription sur le fichier électoral concomitamment à la délivrance de la pièce nationale d’identité”, a expliqué le président Faye.

“Dans la quête d’un Sénégal meilleur au bénéfice de tous, j’entends instaurer une gouvernance vertueuse, fondée sur l’éthique de responsabilité et l’obligation de rendre compte”, a promis le nouveau président sénégalais, en donnant l’assurance d’”engager sans tarder une politique hardie de bonne gouvernance économique et financière par la lutte sans répit contre la corruption, la répression pénale de la fraude fiscale et des flux financiers illicites”.

“Conformément aux lois et règlements en vigueur, les droits de l’investisseur seront toujours protégés, de même que les intérêts de l’Etat et des populations”, a-t-il indiqué, s’engageant à veiller sans cesse, à maintenir et à raffermir les relations de bon voisinage et de solidarité agissante au sein des organisations communautaires, notamment la CEDEAO et l’UEMOA.

Le Tchadanrhropus-Tribune

413 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire