C’est depuis deux ans que les Chefs d’Etat de la Communauté ne se sont pas retrouvés

 

Pour une première, à quelques heures de l’ouverture des travaux du 11ème sommet ordinaire de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale, les six chefs d’État de la Cemac dont le Cameroun, la Centrafrique, le Congo Brazza, le Gabon, la Guinée Equatoriale et le Tchad, sont au rendez-vous de cette grande rencontre. «Ils ne doivent pas faire de ce sommet une simple rencontre. Nos dirigeants doivent trouver une solution aux problèmes qui secouent cette institution ces derniers temps sans aucune solution. Si tous les six ont fait le déplacement de Brazzaville, cela montre que la communauté traverse une crise», confie un responsable d’une organisation de la société civile dans l’anonymat. Plusieurs personnes partagent ce point de vue et attendent beaucoup de ce sommet. Adoum est un homme d’affaires. Il ne comprend pas pour quelle raison, il n’y pas jusqu’aujourd’hui la libre circulation dans la sous région: «On ne peut pas voyager libre dans la communauté alors qu’en Afrique de l’Ouest, les gens voyagent sans difficultés. Les hommes d’affaires sont les premières victimes de cette situation. Nous espérons que nos dirigeants trouveront une solution cette fois-ci à cette question».

 

 
© camnet.cm 
Les six sont présents à Brazzaville

Plusieurs sujets à l’ordre du jour à ce sommet?
Quelques jours avant le sommet, les ministres des pays membres de la Cemac ont examiné plusieurs dossiers soumis par les experts. Il s’agit notamment de l’opérationnalisation de la compagnie aérienne communautaire Air Cémac; l’état de ratification du traité révisé et des conventions signées; la sécurisation du financement de la communauté par la taxe communautaire d’intégration puis bien d’autres dossiers portant sur l’audit et suivi de la gouvernance des institutions. Un autre aspect très important qui risque de provoquer un grand débat et même diviser les Chefs d’Etat, c’est la désignation d’un nouveau président de la Commission de l’organisation sous-régionale, la gestion du président sortant moins appréciée par certains dirigeants de la Cemac.

Le président sortant de la Commission, le Camerounais Antoine Ntsimi n’est pas en bon terme depuis des mois avec certains Chefs d’Etat de la sous-région dont en premier lieu, le président centrafricain François Bozizé dont le pays abrite le siège de la Cemac. Une situation qui fait qu’il vit très loin de Bangui ces derniers temps. Ainsi, chacun d’eux va chercher à imposer son candidat, ce qui provoquera une bataille sans merci pour parvenir à la désignation d’un président de la commission de cette institution.

  

207 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article