Au mois de mars, le sommet de la Grande Muraille Verte à N’Djaména a été reporté et aucune raison sérieuse n’a été donnée par les autorités tchadiennes. «Nous avons décidé de reporter la conférence et nous allons la tenir à une date ultérieure, mais le délai était pour des raisons normales, » a déclaré le chef de la diplomatie tchadienne, Moussa Faki Mahamat, dans une interview avec le londonien Al-Sharq Al-Awsat aqui.

Nous vous recommandons de lire à ce sujet l’article de TchadPages :http://tchadpages.com/2013/03/23/mandat-darret-de-la-cpi-contre-el-bechir-deby-cede-a-la-pression-internationale/.

Le 9 avril 2013, Human Rights Watch (HRW), qui s’est bien accrochée à l’affaire de la visite du fugitif de Khartoum et elle a bien raison, relance son appel à ne pas recevoir El-Béchir ou bien l’arrêter à son arrivée.

« Le Tchad a fait un pas dans la bonne direction en évitant la visite du président el-Béchir en mars », a déclaré Elise Keppler, juriste senior au programme Justice internationale à Human Rights Watch.

« Accusé de crimes atroces au Darfour, il doit être arrêté et non accueilli à bras ouverts. ».

Pour lire l’intégralité du communiqué de Human Rights Watch (HRW) en anglais, veuillez cliquer ici.

Le même jour, c’est à dire, le 9 avril 2013, le Président Déby reçoit le secrétaire exécutif de l’Agence panafricaine de la Grande muraille Verte, le Professeur Abdoulaye Dia. L’audience s’est déroulée en présence des ministres tchadiens de l’Agriculture, Dr Dandé Laoubelé et de l’Environnement, Mahamat Issa Halikimi ainsi que des proches collaborateurs du Chef de l’Etat.

Le point d’orgue de cette audience était le report du sommet de la Grande Muraille Verte prévu initialement le 10 avril 2013 à N’Djaména.

« De l’entrevue que nous venons d’avoir, le Chef de l’Etat a suggéré le report de la date de la tenue du sommet de la Grande muraille verte pour la simple raison que le calendrier des différents Chefs d’Etat est tellement étoffé, chargé, qu’ils ne peuvent pas être à même ici pour le sommet prévu pour le 10 avril. De façon très judicieuse, le Président de la République a suggéré le report de ce sommet vers la 2ème quinzaine du mois de juin », a expliqué le ministre tchadien de l’Agriculture et de l’irrigation à l’issue de l’audience.

Le sommet est donc reporté pour la deuxième fois manifestement sans aucune raison valable. Apparemment, le criminel El-Béchir s’était encore manifesté pour y participer et le Président Déby étant pris entre deux feux, celui des ONG humanitaires et celui de la diplomatie des relations tchado-soudanaises, décide de reporter. N’ayant pas de solution qui arrange tout le monde, Déby ne fait que repousser la date pour qu’au final, quelqu’un laisse tomber.

Mais pourquoi donc, le tyran El-béchir tient-t-il tant à venir à N’Djaména ? Pour continuer à narguer la Cour pénale internationale et garder Déby dans son camp ?

En tout cas, la participation du tyran El-Béchir au sommet de la Grande Muraille Verte à N’Djaména est devenue pour Idriss Déby un vrai casse-tête chinois. Alors, comment faire pour éviter l’encombrant El-Béchir et ne pas froisser les relations très fluctuantes entre N’Djaména et Khartoum ? Surtout en ce moment crucial, où le chef rebelle Timan Erdimi a annoncé vouloir reprendre la lutte armée au Tchad, à l’est donc.

©TchadPages 

188 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article