Face à l’armada offensive des forces de soutien rapide de Hemeti, le général Bourhan perd du terrain et déplace son QG à Port-Soudan plus à l’est du pays. À Khartoum dans la capitale, la messe est dite, et ses forces ne contrôlent pratiquement que quelques poches en situation difficile.

C’est ainsi que Bourhan reclus vers l’est du pays cherche à recruter au sein de certaines tribus au point d’avoir un clash, car plusieurs tribus ne le tiennent pas en estime, lui et son armée perçu comme une entité qui ne veut pas concéder le pouvoir, et surtout le courant islamiste qui le soutien. Si les Haoussa lui promettent entre 30 000 à 50 000 hommes, ce n’est pas le cas des autres qui chassent les émissaires venus les rencontrer avec le concours de Ahmed Haroun, un proche de l’ex-président Omar Al Béchir. Mais cette recherche d’alliance s’avère encore très légère.

Tchadanthropus-tribune

939 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire