Plusieurs pays africains, à l’instar de la Côte d’Ivoire ou du Tchad, ont lancé ce 24 avril 2023 des opérations de rapatriement de leurs ressortissants du Soudan où la guerre entre armée et paramilitaires fait rage depuis une dizaine de jours. Les combats y ont fait, selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), plus de 420 morts et 3 700 blessés.

 

 

De premiers pays africains ont commencé leurs opérations de rapatriement du Soudan, en cours ou à venir : l’Afrique du Sud, l’Algérie, l’Égypte, la Libye, le Nigeria…

 

Onimode Bandele, le directeur des missions spéciales de l’Agence nationale de gestion des urgences du Nigeria (Nema), a ainsi déclaré à la chaîne Channels TV que l’objectif était d’évacuer environ 2 650 à 2 800 Nigérians, y compris les familles du personnel de l’ambassade. « Personne n’a encore été évacué, a-t-il précisé. Il est prévu que les bus commencent à circuler demain matin ».

 

Une cinquantaine de ressortissants ivoiriens exfiltrés

Très tôt ce 24 avril 2023, la Côte d’Ivoire a, elle, exfiltré une cinquantaine de ses ressortissants. Les Ivoiriens sont partis en bus, direction Le Caire, où ils prendront un vol retour pour Abidjan. « Ce matin, à 5h30 à peu près, un convoi est parti de Khartoum avec 50 personnes à son bord en direction de l’Égypte, détaille le docteur Karamoko Gaoussou, directeur des Ivoiriens de la diaspora, au micro de Bineta Diagne. Il sera accueilli par l’ambassade, logé par l’ambassade, le temps de préparer les dispositifs à l’impératif pour qu’il regagne la Côte d’Ivoire. C’est un retour volontaire. Pour la plupart, ce sont des étudiants, notamment dans des écoles islamiques, des gens qui sont allés pour se perfectionner, en matière de savoir religieux ».

 

« Dieu merci, tout le monde se porte bien. La seule difficulté, c’est que le commerce ne fonctionne pas, il n’y a pas d’activité, il n’y a pas de vie réelle. »

 

a laissé entendre Docteur Karamoko Gaoussou, Directeur des Ivoiriens de la diaspora

 

 

Ce lundi matin également, le Tchad a annoncé qu’il allait démarrer une opération : 438 ressortissants tchadiens doivent être évacués dans la journée « si les conditions sont remplies », précise le ministre tchadien de la Communication. Aziz Mahamat Saleh indique qu’un convoi partira de la capitale soudanaise par bus avant de rejoindre Port Soudan, à 800 kilomètres à l’Est de Khartoum où des avions seront affrétés.

 

 

 

Suite à l’intervention du Président de Transition, Mahamat Idriss Deby Itno auprès des belligérants, des facilitations seront accordées pour qu’un convoi de 438 tchadiens parte par bus de Khartoum au Port Soudan . Des avions feront la rotation du Port Soudan pour les rapatrier.

 

explique aziz mahamat saleh porte parole du gouvernement.

 

Outre les pays africains, plusieurs capitales européennes et arabes ont d’ores et déjà rapatrié leurs ressortissants : Washington, Riyad, Londres, ou encore Paris… Ce matin, la France a organisé une troisième rotation jusqu’à la base militaire de Djibouti. Cette opération dite « Sagittaire », menée par Paris, a permis d’évacuer 388 personnes depuis hier. Des Français mais aussi des ressortissants de nombreuses autres nationalités : Burundais, Nigériens, Marocains ou Rwandais, entre autres.

 

Le Tchadanthropus-tribune avec RFI

2356 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire