Des affrontements entre tribus rivales ont fait des dizaines de morts au Darfour soudanais. Selon un chef du clan des Misserya, quatre-ving-quatorze personnes ont été tuées. Des membres de sa tribu ont affronté des éléments du groupe rival des Salamat.

 

La trêve n’aura même pas duré un mois, et comme à chaque flambée de violence, les deux tribus s’accusent mutuellement d’avoir déclenché les hostilités. Selon Ahmed Khiri, un chef des Misserya, des Salamat armés auraient lancé une attaque, entraînant de violents combats. Un comité est en train d’enterrer les corps, a ajouté le leader tribal.
Les Salamat, eux, accusent les Misserya d’avoir pris d’assaut un de leur village. «Nous avons résisté», a déclaré un chef combattant.

Ces nouveaux affrontements mettent donc sérieusement à mal l’accord de paix signé entre les deux communautés au début du mois à Zalingueï, dans le centre du Darfour. Il prévoyait notamment le retour des déplacés ayant fui les violences, et des compensations financières aux familles des victimes des précédents combats entre ces tribus.

En avril, la tentative présumée de vol et de meurtre d’un Salamat par un Misserya avait mis le feu aux poudres. Le lendemain plusieurs milliers de combattants s’étaient mobilisés de chaque côté, avant de s’affronter. Le conflit s’était étendu dans le sud du Darfour, faisant des dizaines de victimes.

 

 

RFI

264 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article