Le premier tour de cette Coupe d’Afrique des nations en Côte d’Ivoire est terminé, et c’est donc l’heure d’un premier bilan. De la qualification in extremis des Éléphants à l’épatant parcours de la Guinée équatoriale, en passant par le sérieux sénégalais et le spectacle offensif délivré, retrouvez les tops et les flops du premier tour de la CAN 2024.

LES TOPS

Le Sénégal et le Maroc au rendez-vous

Champion d’Afrique en titre, le Sénégal n’a pas tremblé lors de ce premier tour. Sûr de leurs forces, sereins et concentrés, les Lions de la Teranga ont tenu leur rang, tordant le cou aux destins funestes de précédents champions de ces dernières années. Aliou Cissé et ses hommes ont même réalisé un carton plein – trois matches, trois victoires –, le seul de ce premier tour. Mention aussi pour le Maroc, demi-finaliste du dernier Mondial et logiquement désigné parmi les favoris de cette CAN. Les Lions de l’Atlas ont pris 7 points sur 9 et seront plus que jamais attendus.

 

Les « petites équipes » créent la surprise

Il y a les favoris d’un côté et de l’autre les « petites équipes » que l’on n’attendait pas. En premier lieu le Cap-Vert qui s’est offert la première place du groupe B. Premiers qualifiés, les Requins Bleus ont battu le Ghana et le Mozambique et tenu la dragée haute à l’Egypte en obtenant un match nul. Premiers qualifiés pour la phase finale de la compétition, les Capverdiens affronteront la Mauritanie en huitième de finale. Des Mourabitounes qui ont aussi fait sensation dans cette compétition en décrochant la première victoire de leur histoire dans une CAN et par la même occasion leur première qualification en huitièmes. Même chose pour la Namibie qui a remporté la première victoire de son histoire face à la Tunisie et qui affrontera l’Angola, qui a brillamment décroché la première place du groupe D, en huitièmes.

 

Une avalanche de buts et du spectacle

On a vibré durant la première phase de la compétition. Seulement trois rencontres se sont achevées sur un 0-0. Les artificiers ont fait parler la poudre avec 89 buts marqués en 36 matches (2,47 buts/match en moyenne) ; à titre de comparaison, 100 buts furent inscrits sur toute la CAN 2022 au Cameroun. Certaines rencontres de la troisième et dernière journée resteront dans les mémoires, comme la résurrection camerounaise face à la Gambie, le retour du Mozambique face au Ghana, les dernières minutes suffocantes entre le Cap-Vert et l’Égypte, la qualification historique de la Mauritanie contre l’Algérie…

Du public dans les stades

C’est souvent le point noir des Championnats d’Afrique des nations : la faible affluence dans les stades en dehors des matches du pays hôte. Force est de constater que cette édition 2024, a su remédier au problème. Malgré un petit retard à l’allumage et une polémique sur l’affluence et la vente de billets lors des premiers matches de la compétition, le public est au rendez-vous. Les matches ne se jouent pas à guichet fermés mais les stades sont en général en trois quart pleins, du jamais vu ou presque pour une CAN.

 

L’étonnante Guinée équatoriale et son meilleur buteur Emilio Nsue

C’est sans doute l’une des sensations de cette CAN. La Guinée équatoriale a réussir l’exploit de terminer première du groupe A devant le Nigeria et la Côte d’Ivoire. Le tout avec la manière puisque les Équato-guinéens ont inscrit neuf buts en trois matches portés par leur buteur de 34 ans qui évolue habituellement en troisième division espagnole, Emilio Nsue, déjà auteur de cinq réalisation ce qui le place en tête du classement des buteurs. Le Nzalang nacional a par ailleurs réussi l’exploit de battre la Côte d’Ivoire 4 à 0 dans un match incroyable qui a bien failli coûter sa place en huitième aux Eléphants. Prochaine étape pour Nsue et ses coéquipiers, la Guinée contre qui elle jouera sa place en quart de finale le 28 janvier prochain.

 

LES FLOPS

La Côte d’Ivoire humiliée

Alors qu’elle avait plutôt bien démarré sa CAN en l’emportant 2-0 face à la Guinée-Bissau, la Côte d’Ivoire a complètement loupé ses deux derniers matches. Incapable de revenir au score face au Nigeria, les Éléphants ont connu une humiliation totale face à la Guinée équatoriale en passant à côté d’un match qu’elle a perdu 4 à 0 chez elle face à son public. Une déroute qui a coûté son poste au sélectionneur français Jean-Louis Gasset, remplacé par son adjoint Emerse Faé pour le reste de la compétition. Qualifiés in extremis en tant que meilleurs troisièmes, les Ivoiriens font figure de miraculés mais auront-ils les ressources mentales nécessaires pour le huitième de finale qui les attend face au Sénégal, champion d’Afrique en titre et vainqueur de ses trois matches de poule ?

 

L’Algérie et Belmadi à côté de la plaque

Il paraît loin, le temps où les Fennecs régnaient sur l’Afrique. C’était en 2019, et depuis, l’Algérie va bien mal. Sortis au premier tour de la CAN 2022, éliminés sur le fil de la course à la Coupe du monde 2022, les Verts prennent à nouveau la porte après trois matches de cette CAN 2024. Djamel Belmadi, le bouillant sélectionneur, n’a plus les mots ni la formule pour faire gagner l’Algérie. Le technicien s’est surtout illustré en se querellant avec la presse. Après la défaite fatale contre la Mauritanie, l’homme qui a dirigé les Fennecs pendant six années a laissé sa place. Son successeur devra rebâtir une équipe fatiguée par ces échecs récents.

La Tunisie inoffensive

Un petit but, c’est tout ce que la Tunisie aura été capable d’offrir au public en l’espace de trois matches. Les Aigles de Carthage se sont montrés complètement incapables d’emballer le moindre match. Défaits 1-0 par la Namibie, les Tunisiens ont arraché le match nul face au mali 1-1 mais ils ont été muselés par l’Afrique du Sud 0-0 dans un match qui leur aurait pourtant permis de se qualifier en cas de victoire. Le sélectionneur Jalel Kadri a remis sa démission après l’élimination de son équipe.

 

Le Ghana se saborde

 

Habitué à jouer les premiers rôles, le Ghana rentre dans le rang. Deux ans après la gifle reçue au Cameroun (élimination au premier tour), les Black Stars revivent le même cauchemar en Côte d’Ivoire, avec en prime cette impression d’avoir creusé leur propre tombe. Battus sur le fil par le Cap-Vert, neutralisés par l’Égypte, les Ghanéens ont craqué dans le money time face au modeste Mozambique ; alors qu’ils menaient 2-0, les frères Ayew et leurs coéquipiers ont été rejoints dans le temps additionnel. Deux points au compteur, c’est trop peu pour se hisser parmi les meilleurs troisièmes. Sans surprise, l’entraîneur Chris Hughton a été remercié. Et le Ghana doit à nouveau tout revoir de fond en comble.

 

La quête du Graal contrariée de Mohamed Salah

Devenu roi avec Liverpool, Mohamed Salah court toujours après la consécration continentale avec l’Égypte. Deux fois déjà, il a échoué en finale. À 31 ans, l’attaquant ne veut plus passer à côté de la CAN. Mais cette édition ivoirienne commence mal pour lui. Buteur sur penalty lors du premier match, le Pharaon a été touché aux ischio-jambiers lors de la deuxième rencontre. Une blessure qui pourrait le priver du reste de la compétition, selon les dires de son club de Liverpool, qui préfèrerait le faire revenir au Royaume-Uni pour qu’il s’y soigne.

Le Tchadanthropus-tribune avec Rfi

609 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire