Une rencontre entre le gouvernement et les centrales syndicales a eu lieu en début d’après-midi de ce lundi 8 janvier dans la salle de réunion de la caisse nationale de provenance sociale (CNPS). Cette rencontre à huis clos a permis au gouvernement de soumettre deux nouveaux scénarios d’abattement de salaires. La première proposition consiste à faire un abattement de salaire sans application du décret 687 (ce décret réduit les primes et indemnités des travailleurs, de 0 à 35%), au lieu d’un abattement de 5 à 45%, dans la période de janvier à décembre 2018. Cet abattement sera évalué, s’il y’a amélioration dans l’audit des diplômes, il sera revu à la baisse ou annulé. La deuxième proposition est de faire un abattement de 10% à tous ceux qui ont été touchés par l’application du décret 687, et 15% pour ceux qui n’ont pas été touchés. Tout en maintenant le décret 687.

Le ministre de la fonction publique et du travail chargé du dialogue social, Mahamat Allahou Taher à la sortie dit avoir fait une très bonne proposition et que les syndicats ont demandé un peu de temps pour consulter leur base. L’objectif du gouvernement est la paix sociale, dit Mahamat Allahou Taher. Les mesures sont cohérentes et il faut serrer la ceinture poursuit-il. Le gouvernement a été représenté par les ministres de la Fonction publique, celui des finances et budgets et leurs collègues de la santé, de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur en présence de la porte-parole du gouvernement.

les syndicats refusent l’abattement de salaires, quelle qu’en soit la forme.

  Lien intégral PDF du communiqué de l’UST

Le gouvernement vient de présenter au cours d’une rencontre tenue ce lundi 8 janvier 2018 à la CNPS (Caisse Nationale de Prévoyance Sociale) deux nouvelles propositions aux centrales syndicales. Propositions dans lesquelles la notion de l’abattement demeure, ce à quoi s’opposent les centrales syndicales.

La première proposition consiste à faire un abattement de salaire sans application du décret 687(ce décret réduit les primes et indemnités des travailleurs), de 0 à 35%. Au lieu d’un abattement de 5 à 45%. Dans la période de janvier à décembre 2018. Cet abattement sera évalué s’il y’a amélioration dans l’audit des diplômes, soit revu en baisse ou annulé.

La deuxième proposition est de faire un abattement de 10% à tous ceux qui ont été touchés par l’application du décret 687, et 15% pour ceux qui n’ont pas touché. Tout en maintenant le décret 687.

Pour le porte-parole de la plateforme syndicale, Barka Michel, ces propositions n’ont pas été discutées, mais déjà le principe d’abattement, la plateforme la rejeté. Selon Barka Michel « la plateforme n’est pas d’accord que le salaire subisse un abattement, mais aucune discussion n’a été lancée au cours de la rencontre de ce 8 janvier 2018. La plateforme pensait que le gouvernement allait faire une autre proposition pour dire que je laisse tomber l’abattement de salaire. Nous ne sommes pas d’accord du principe d’abattement même si ce 1% »

Brahim Ben Seid, secrétaire général de la confédération libre des travailleurs du Tchad (CLTT), rejette aussi la nouvelle proposition du gouvernement. Pour la CLTT, ce n’est pas normal. La confédération a présenté un rapport sur ce que le gouvernement devait économiser avec les mesures d’austérités (16 mesures). Le gouvernement dit n’avoir pas reçu le rapport et a pris le tableau présenté par la CLTT pour étude.

Une autre rencontre devrait avoir lieu d’ici la fin de la semaine.

Tchadanthropus-tribune avec Tchadinfos

2566 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article