Il est inutile de constater que la rédaction du journal ABBA Garde est instrumentaliser par des individus bien identifiés, qui au demeurant ne trouvent point d’oreille auprès d’Idriss Déby, poussent Avenir de la Tchiré à verser dans la calomnie. Tchadanthropus-tribune avait tiré la sonnette d’alarme en son temps indexant une partie des sieurs qui s’adonnent à ces pratiques, mais rien n’eut fait pour corriger le tir. La presse tout court, devrait s’attaquer aux lacunes des personnes publiques, ayant un rôle dans les sphères de l’État. Les origines, les races, les ethnies et les affiliations dans certaines circonstances ne devraient ressortir au 1er plan pour désigner le seul individu, sauf, et bien dit sauf dans le cas ou des faits similaires émanent d’une seule communauté, et encore. Les index de portée d’ABBA Garde sont ciblés sur des personnes bien identifiées, une gent prise en grippe parce qu’elle n’obéit pas aux désidératas d’une autre, le tout saupoudré et assaisonné de jalousie et de connexions diffamatoires. Faut-il les nommer ? Oui et non, car des dossiers assez compromettants existent fort malheureusement. Le moment viendra pour que cela soit lu et su. Pour revenir au centre du débat, faut-il rappeler qu’un père de l’indépendance tchadienne, Mr Jean Baptiste fut métis tchadien, faut-il aussi rappeler que le chef infirmier de l’Ennedi pendant les époques charnières de notre pays, Mr Younous est un métis ? Faut-il énumérer les métis de la 1ère génération, 2ème génération et aujourd’hui 3ème génération qui œuvrent dans la vie nationale. Pomper un article haineux de la sorte ne grandit pas ABBA garde et crée un préjudice sans commune mesure envers nos frères et compatriotes issus de divers métissage dans notre pays. Dans mon pays je me suis senti frère de Dabzac, Antonetti, Alhadj Younous, Archac, Faris, Dobian, Baptiste, Adolphe Meir Kerim Togoï, Commelin, Boulaka, Kogri, Adoum Ismaïl, Froud, Douga, la liste est longue. Que ceux qui végètent dans les travées leur haine de ne point être en odeur de sainteté doivent comprendre que ce n’est pas ces métis identifiés qui sont un barrage pour une quelconque promotion sociale. C’est leur posture égoïste, leur ingratitude et leur méchanceté qui déterminent leur échec. Nous sommes tous métis de quelqu’un, et cela doit être considéré comme une richesse, pas un objet de crachat… À suivre.

Tchadanthropus-tribune

  

3432 Vues

  • Oui nous sommes tous métis de quelque part. Peut-être que ceux qui sont indexés aujourd’hui dans ABBA GARDE, de par leur rang, position ou relations, portent ombrage à d’autres qui souhaiteraient être dans la même situation qu’eux! Mais les stigmatiser de la sorte relève d’une maladroite erreur de discernement. Souvenons-nous de la seule phrase lâchée par le président TOMBALBAYE continue de faire mal encore parce que les métis se sont sentis comme des parias de la nation. Au lieu de les traiter comme des tchadiens à part, il faut, pour une bonne fois, les considérer étant des tchadiens à part entière. La jalousie est un défaut. Mais la haine est un mal qui engendre la division et une nation divisée court fatalement à sa disparition. Enfin, j’ai envie de dire que ne nous laissons pas vaincre par le mal mais soyons les vainqueurs du mal par le bien. Fraternellement

    Commentaire par DJIBERT ADAM MAMADOU le 18 août 2017 à 9 h 02 min
  • Tous les métis du Tchad sont nos frères. Évitons de tomber dans la bassesse et la vilénie.

    Commentaire par Galing Tchinsouk le 18 août 2017 à 14 h 58 min
  • il faut que tout les tchadien boycott abba garde point barre merci tchadantrophus

    Commentaire par DOBEI le 19 août 2017 à 11 h 56 min
  • Bonjour à tous
    Je n’ai pas l’habitude de réagir sur les réseaux sociaux. Mais face à ce sujet qui me touche personnellement je suis dans l’obligation de réagir face à ce discours de haine et d’accusations sans fondement logique. Il est clair que la problématique des métisses et leur rôle dans la société tchadienne reviens sans cesse sous plusieurs formes. Tout d’abord personnes ne choisi de naître métisse et le métissage à toujours existé dans toute les civilisations d’ailleurs certaines en fond un outil de cohésion sociale et de rapprochement des peuples. Aujourd’hui ABA garde à travers son article indexe les enfants du Tchad avec le sang tchadiens qui coule dans leur veine d’être à la solde des blancs. Pourquoi cette résurgence aujourd’hui ? Comment dans un Etat de droit on peut se permettre de profané des insultes et d’accusations sans une goutte de sincérité ? Il est clair que l’impunité administratif à jouer un rôle, et ces personnes croient qu’ils sont libre de dire tout et n’importe quoi en se cachant sous l’égide de la liberté d’expression . Ils est clair que les personnes cité par le journal doivent porter plainte et ont le devoir de réagir afin que dans l’avenir personnes ne remettra en cause de cette manière la loyauté des métisses à l’égard de la nation tchadienne.
    Merci

    Commentaire par Issa Hassane dongoleimy le 19 août 2017 à 21 h 28 min