La grève de rakchamans continue, les grandes artères de la ville sont à moitié vides. Depuis des années ces derniers ont acceptés tous les règlements inventés par la mairie avec la complicité de la police et le syndicat de rakchamans uniquement dans le but d’escroquer davantage mais aujourd’hui il n’est plus question de dire oui car plus on opprime, plus la personne devient consciente. Les rakchamans ont dit non d’une seule voix pour le port de tenues identiques car la situation financière ne leur permet pas d’acheter de tenues très coûteuses et qu’elles n’existent qu’à la mairie d’Abeché (tenue à 40000fcf). Pour contester le nouveau règlement, les rakchamans ont tous garé leurs engins et descendu dans la rue. Le bajaj appelé communément rakcha est le moyen de transport par excellent pour les Abechois mais depuis trois jours, plus de rakcha, les femmes, hommes, élèves et étudiants se déplacent à pied. La situation est chaotique à Abéché !

Correspondance particulière

Taha Abouache

1858 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article