Tchad: Le terrorisme d’état du tyran Général président Idriss Déby, est entré dans une nouvelle campagne d’assassinats des paisibles citoyens.

Déclaration de l’ACTUS/prpe relative à aux assassinats des paisibles citoyens MM. Mateyan Manayel Bonheur et Rozi Barkai.

C’est avec colère et indignation que notre Parti, ACTUS/prpe a appris un nouvel assassinat dans la capitale tchadienne, N’Djaména. La très longue liste macabre des morts du régime du tyran Général Pésident Idriss Déby s’allonge. En effet, lundi 04 novembre 2019 en fin de journée à Chagoua, dans le 7ème arrondissement, M. Mateyan Manayel Bonheur un paisible citoyen a été froidement abattu en pleine rue par un motard de l’escorte du Président de l’Assemblée nationale, M.Haroun Kabadi. (Tchadconvergeance du 05.11.2019, Tchadanthropus du 8.11.2019),

À cette heure de pointe, selon les témoins en colère face à ce crime injustifié et injustifiable, le délit qu’aurait commis ce jeune homme était de circuler à moto en sens inverse du cortège de ce dernier. Notre parti, ACTUS/prpe condamne avec fermeté ce crime. Nous adressons à toute sa famille et aux proches nos profondes condoléances.

Abattre les paisibles citoyens tchadiens en toute impunité, par tous les temps, dans toutes les régions, et lieux, est une pratique obsessionnelle récurrente du régime dictatorial du Général Président Idriss Déby, qui dirige le pays d’une main de fer depuis 30 longues années sans discontinuité.

Les masses populaires tchadiennes devraient-elles se laisser exterminer en silence sans réagir ? Pourquoi la communauté internationale (les puissances occidentales et notamment la France) dites démocratiques et autoproclamées défenseurs des droits de l’homme demeurent-elles toujours aphones et aveugles sur les crimes contre l’humanité commis par le tyran tchadien ?

1- La nouvelle campagne d’assassinats des paisibles citoyens est lancée tous azimuts dans l’indifférence totale de la communauté internationale.

Parmi des milliers de ces crimes crapuleux, citons un autre cas, en l’occurrence celui de l’assassinat le 7 avril 2019 de M. Rozi Barkai, chef de service trésorerie-paierie de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS).Il a a été froidement assassiné par les éléments de la garde républicaine en faction devant le palais présidentiel. La victime, au volant de sa voiture empruntait à l’instar de tous les conducteurs n’djaménois, l’unique boulevard ordinaire qui longe la cour du palais présidentiel situé à quelques centaines de mètres plus loin. Trente et trois (33) impacts de balles d’armes de guerre ont été tirées dont huit balles ont atteint Rozi Barkai. (Alwhida Info, par Djimet Wiche Wahili69Avril 2019).

À toute la famille nous adressons nos profondes condoléances et compassions pour cette tragédie qui restera à jamais gravée dans sa mémoire.
Dans les deux cas susmentionnés, le régime prédateur et criminel du despote du palais rose, a privé les familles de ceux qui subvenaient hélas hier, aux besoins élémentaires surtout des enfants. Aucune explication n’a été fournie, aucune enquêté n’a été diligentée. L’avenir de ces enfants devenus orphelins par la volonté de ces princes intouchables, reste fortement hypothéqué. En effet, des milliers des cas similaires montrent la non-prise en charge de l’alimentation, de la scolarité, de la santé et du logement… de ces enfants.

L’impunité institutionnalisée accordée aux membres du clan présidentiel et ses nervis, protège leurs auteurs. Assurés tous risques et titulaires du permis de tuer délivré par le régime du Général Pésident Idriss Déby, ces intouchables ou tchadiens d’en haut, perpétuent leur tradition criminelle en accélérant leurs forfaitures à l’égard de ceux d’en bas. Ce comportement sauvage et criminel des dirigeants est insupportable !… Lire la suite en PDF et en JPEG.

Déclaration_Actusp_assassinats PDF

Tchadanthropus-tribune

 

578 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire