Incarcéré depuis seize mois, l’ancien ministre hongkongais Patrick Ho vient de recevoir sa sentence.

Condamné le 25 mars à trois ans de prison et 400 000 $ d’amende par un tribunal américain pour avoir tenté de verser 2 millions $ de commissions au président tchadien Idriss Déby puis 500 000 $ au ministre ougandais Sam Kutesa (AEI n°830), l’ex-VP de China Energy Fund Committee (CEFC) Patrick Ho Chi-ping encourait une peine deux fois plus lourde. Les avocats de celui qui fut aussi ministre de l’intérieur de Hong Kong ont déposé début mars 149 lettres de proches demandant l’indulgence des juges. Outre des représentants religieux – dont l’archevêque de Hong Kong Paul Kwong – ou les codétenus de sa prison new-yorkaise, des personnalités de l’énergie se mobilisent. On retrouve Chan Chau To, président du CEFC ; l’ex-président de Shell Oil CoJohn Hofmeister, et l’un des membres du Conseil américain pour la sécurité énergétique, l’ex-lieutenant-colonel de l’armée israélienne Gal Luft. Les députés hongkongais Cheung Kwok Kwan et Ip Kwok Him avaient rédigé une lettre de soutien.

Arguant que les seize mois déjà passés derrière les barreaux suffisaient, notamment à son âge (69 ans), les avocats ont précisé que les commissions proposées par l’ancien ministre n’avaient pas permis au CEFC de décrocher des marchés, et visaient à bénéficier à l’entreprise, et non à Ho personnellement.

Tchadanthropus tribune avec la Lettre du Continent

1210 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article