Mahamat Amine, cet employé du PNLP est sorti de l’anonymat en un message audio envoyé sur le réseau WhatsApp. Autant dire qu’il fait l’actualité des réseaux sociaux ces dernière heures et cela malgré lui. Pour cause, dans la colère, il a tenu des propos désobligeants, injurieux, vexants et attentatoires non seulement à l’égard de son alter égo l’artiste Djafate (engagé comme prestataire dans la campagne de communication du PNLP) mais aussi à l’endroit d’une bonne partie de la population tchadienne, en l’occurrence la communauté Sara.

Mahamat Amine n’a pas attendu longtemps pour présenter ses plates excuses, d’abord à l’égard de son ami et collaborateur Djafate mais aussi à l’endroit de la communauté Sara qui a été indirectement offensée. Mahamat Amine n’a pas cherché à s’expliquer sur le différend ni même à se justifier. Il a reconnu sa bêtise, l’a regrettée et s’est sincèrement excusé. Dès lors, il est particulièrement indécent de constater qu’un groupe d’individus cherchent à en faire tout un drame national.

Pour dire vrai, de tels propos malheureux sont presque fréquents dans notre pays où le tribalisme et le régionalisme ont gagné ces dernières décennies des galons au point d’être élevés au titre de Général. Celui qui soutient le contraire n’est qu’un vil hypocrite, voire un pyromane. Il y a lieu donc de limiter cet incident et de le circonscrire dans le cadre strict d’une dispute entre deux individus, ni plus, ni moins.

Mahamat Amine, bien que militant engagé du MPS, n’est pas une autorité de ce pays et encore moins une personnalité publique. En tout cas sa fonction de chargé de communication du PNLP ne saurait l’exposer sur cette place pour être lapidé. En revanche, qui n’a pas entendu l’ancien Ministre de la Sécurité publique traiter les insurgés du Comité d’auto-défense de Miski de singes agrippés dans leurs montagnes. Idriss Deby et ses principaux collaborateurs n’ont -il pas traité des communautés de bouchers sanguinaires, de forgerons, d’esclaves, insulter les femmes des autres. Récemment au Lac, n’a-t-il pas qualifié la localité de Bohoma d’île maudite. Un officier de l’armée n’a t-il pas envoyé une vidéo pour charger certaines communautés dans la défense de la patrie.

Dans l’affaire Habré, qu’est ce qu’on n’a pas entendu de la part de la bande de Jacqueline Moudeina et Clément Abayfouta sur les gens du BET ? Et pour finir sur les réseaux sociaux, qu’à-t-on pas lu comme injures racistes, communautaires, sectaires et blasphématoires ? Nos frères arabophones sont régulièrement la risée des autres. Sur ce registre, même les Quotidiens officiels du pays se sont allés avec leurs tirages xénophobes et sectaires.

Le dernier scandale de ce genre qui a violemment agité la toile tchadienne et indigné tout le Tchad est incontestablement l’affaire Succès Masra – Béral Mbaïkoubou avec leur livre “Tchad, éloge des lumières obscures : Du sacre des cancres à la dynastie des pillards psychopathes”. Tout le monde garde encore vivace en mémoire les propos inqualifiables couchés dans ce livre de la honte.

Si Dr. Succès Masra, en homme politique engagé, a jugé utile de présenter ses excuses publiques à toutes les communautés tchadiennes insultées, diffamées, offensées et agressées par la publication du livre qu’il a coécrit avec son cousin germain le Député Béral Mbaïkoubou, ce n’est pas le cas de ce dernier qui, rappelons-le, a réagi ainsi : “J’assume chaque lettre, chaque mot, chaque phrase, chaque paragraphe, chaque page de ce livre. Je ne m’excuse pas, mieux je maintiens et réitère tout ce que j’ai écrit dans ce livre.”. Voilà, c’est un Député à l’Assemblée nationale, un homme politique, un homme qui prétend être un intellectuel, donc pleinement conscient de ce qu’il dit et ce qu’il a écrit.

On se rappelle aussi que beaucoup de ceux qui s’indignent aujourd’hui, qui crient au diable, n’avaient rien trouvé d’anormal face aux injures renouvelées du Député Béral Mbaïkoubou. Si certains ont eu le courage de l’applaudir et de partager largement l’émission radio où il déversait sa bile haineuse contre les communautés tchadiennes, d’autres agitateurs du jour ont par leur silence, leur indifférence, soutenu les propos incroyablement irresponsables, provocateurs, offensants, tribalistes, condamnables de ce type au cœur rempli de haines. Les avez-vous entendu exiger sa démission de l’Assemblée Nationale ? Les avez-vous entendu brandir une plainte contre lui ? Non. Pourquoi ?

Parce que le même virus de tribalisme qui agit en Mahamat Lamine, agit aussi en eux et en beaucoup d’autres. Ce virus du tribalisme a été scientifiquement et longuement inoculé au peuple tchadien par le régime MPS afin de pérenniser son règne. Au regard de ce que nous observons, on peut dire que son effet est toujours efficace. Sinon, on ne peut pas d’un côté condamner Lamine Amine, exiger sa démission, vouloir l’attraire à la justice et de l’autre côté soutenir Succès Masra et Béral Mbaïkoubou pour leur forfait.

Si nous sommes vraiment touchés au fond de nous-même par ces propos discriminatoires et haineux, alors serrons-nous la main, unissons-nous pour trouver l’antidote de ce virus de tribalisme (Covid-90) qui décime silencieusement le peuple tchadien. Ainsi, ensemble on pourra se débarrasser de ce régime destructeur du MPS qui prône et favorise la médiocrité dans notre Administration, nos Sociétés parapubliques, nos organisations, etc. C’est à partir de là qu’un autre Tchad est possible.

La rédaction de #Tchadhanana

1564 Vues

  • Vous aussi tenez des propos pareils?
    Montrez-nous qu’il ya un petit effort pour construire la nation Tchadien, l’unité nationale? Que Deby et son regime nous montre une petite volonté manifeste …

    Commentaire par vainto le 22 avril 2020 à 13 h 14 min
  • il a dit qu’il est en colère,mais qu’est ce que djafat a fait à son égard pour qu’il soit furieux à tel point de dire tout ça? soyez sincère et honnête avec vous même.ne comparez pas ce qui n’est pas comparable.

    Commentaire par yota Olivier le 22 avril 2020 à 21 h 45 min