Pendant qu’Idriss Déby continue une tournée qui ressemble à une once de prémices de campagne électorale, un 4e sapeur-pompier vient d’être interpelé au motif de soutien à ses collègues gardés depuis dimanche en cellules à la police au commissariat central de la capitale.

Selon nos sources, l’agent Brahim LEYA, chauffeur du camion des pompiers a été convoqué vendredi dernier et gardé à vue à son tour au commissariat central. Cette dernière arrestation porte ainsi au nombre de 4 agents en garde à vue.

Brahim LEYA fait aussi parti des agents supposés d’avoir violé le jalonnement de la police qui sécurisait l’arrivée d’Idriss Déby au palais du 15 janvier lors de la clôture des travaux du 2e forum national in (ex) clusif.

Des sources proches du dossier affirment que les 4 agents ont été gardés par mesure disciplinaire. Quelle est la mesure disciplinaire qui frise les droits de l’homme, alors que ces pompiers arrêtés étaient dans leur exercice de leur fonction ? Il faut le rappeler qu’ils revenaient d’une intervention d’éteinte d’incendie.

Ces sources informent par ailleurs que les deux camions de sapeurs-pompiers immobilisés au commissariat central ont été restitués et se trouvent en ce moment à la caserne municipale, sans le personnel incarcéré.

L’interrogatoire des agents en garde à vue se poursuit, pour approfondir l’enquête.

C’est tout simplement un abus de pouvoir.

Tchadanthropus-tribune

514 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article