Comment cet homme qui était perçu auparavant comme un diplomate épousant les valeurs de démocratie et de justice devient un ministre qui agit par le népotisme et le clientélisme ? Les Tchadiens doivent constater que dès qu’on approche le sérail de la dictature, la contagion est plus profonde.

L’ambassadeur Mahamat Zène Chérif était l’homme qui prônait la justice sociale et dénonçait clairement les actes posés illicitement. Mais Mahamat Zène Chérif devenu ministre est un autre homme. Est-il influencé par les faits et gestes de cette nomenclature habitués à favoriser les siens ? En tout cas les faits relatés et qui s’ébruitent depuis le ministère des Affaires étrangères du Tchad démontrent que le clientélisme et le népotisme sont devenus le slogan quotidien observé à travers les nominations et les propositions de décrets.

Selon nos sources une nomination au poste de secrétaire de direction à l’ambassade du Tchad à Yaoundé retient une fois de plus l’attention de la rédaction.

Sur instruction du ministre des Affaires étrangères Chérif Mht Zène instruit son DRH sortant, de nommer Mme Achta Adoum connue sur le nom de « Ambouram » pour les intimes. Cette dame est l’ancienne secrétaire de direction depuis 30 ans de carrière au sein du ministère. Le projet de nomination a été préparé et envoyé au SGG et finance pour requérir les visas. Au retour du cabinet du ministre des Affaires étrangères, son nom a été modifié par le CRP sortant du ministre en faveur de Mlle Fatimé Mht Zakaria Senoussi, actuel secrétaire du ministre Chérif Mht Zène au détriment de Mme Achta Adoum.  La rédaction se pose la question à savoir pourquoi ce changement de nom ? Cela n’est-il pas contraire à la déontologie administrative ? Et pourquoi le ministre Cherif Mht Zène signe l’arrêté étant donné qu’il a instruit la nomination de Mme Achta et non de celle de Mlle Fatimé ? Pour les concerner, ces genres de méthodes sont tout juste très frustrants. En plus le ministre ne condamne jamais les actes posés. Il fait comme si de rien n’était. Même les journaux de la place dénoncent ce népotisme au sein des Affaires étrangères. Ce qui est grave, ce que les tensions sont gravement exacerbées avec les menaces à l’endroit de la cellule syndicale en ne voulant pas reconnaître sa légitimité.

Les cadres et hommes politiques dans notre pays doivent se rendre à l’évidence que sur les millions de Tchadiens, chacun a un parent, un ami et un proche. Le fait de privilégier un parent, ami et proche demeure un fait éphémère qui ne concoure pas au développement de notre pays. Pire encore si ladite personne est imposée, et souvent dans la majeure des cas ne requiert pas les diplômes, base essentielle qui détermine l’expertise de l’emploi. Le Tchad n’ira pas vers l’avant si en plus ce sont ses cadres formés et avertis qui le tirent vers le bas.

Tchadanthropus-tribune

2155 Vues

  • Il peut y avoir plusieurs raisons à cela. Si seulement tous les ministres et autres dirigeants devraient justifier chaque acte ou changement de decision; ils risquent de faire seulement ce travail de justification et d’explication. Et cela au nom de quelle loi ou règle? Nous avons des choses plus sérieuses, voir plus graves a dénoncer. Vous voulez que le Ministre arrête simplement de signer des nominations ou quoi? et au nom de quoi? vous avez toujours la meme observation a chaque fois qu’il signe un arrêté ou propose un décret.
    Mahamat S Yaya

    Commentaire par Mahamat Saleh Yaya le 16 avril 2019 à 17 h 26 min