MOUSTAPHA ALI ALIFEI serait victime d’un complot hollywoodien et tombe en disgrâce auprès de son ministre Chérif MAHAMAT ZENE.

Rappeler par Décret N° 2072/MAEIACID/2019 en date du 27 décembre 2019 sans aucune forme d’explication. Mais le mobile de son départ s’inscrit comme un règlement de compte, une punition non dite par rapport à un fait de vol de voiture de l’ambassade.

Il faut le rappeler qu’il y’a de cela quelque mois, la voiture officielle du Chef de Mission diplomatique (CMD) a été dérobée de la résidence new-yorkaise de l’ambassadeur.

Aussitôt informé, l’ambassadeur aurait saisi la police de New York afin de diligenter une enquête pour cas de vol. Et dans la foulée, il a envoyé un compte rendu à son ministre Cherif Mahamat Zène pour information. Il paraitrait que le ministre n’avait pas daigné répondre.

Cependant, lors du passage d’Idriss Déby à New York pendant l’Assemblée générale des Nations-Unies, l’ambassadeur MOUSTAPHA ALI ALIFEI avait profité de l’occasion pour informer Idriss Déby sur la situation. Des orientations ont été données par Idriss Déby afin d’attendre le résultat de l’enquête finale.

Il faut aussi noter que l’ambassadeur avait pris part activement à la conférence des ambassadeurs tenue en novembre 2019 dernière à N’Djamena, mais juste à son retour à New York, il se retrouve face à un décret de rappel.

Nous nous posons la question de savoir : pourquoi le rappeler au moment où l’enquête sur l’incident du vol de voiture suit encore son cours ?

Chérif Mht Zène ne devrait-il pas attendre la conclusion finale de l’enquête avant de le faire partir ? Même s’il est le chef de la diplomatie tchadienne, ne doit-il pas agir avec tact, mais non dans la précipitation ?

Depuis plusieurs mois, des brouilles de couloirs au ministère des Affaires étrangères laissent entendre que la diplomatie tchadienne est entrain de chavirer.

Les mêmes brouilles des couloirs laissent dire que le courant ne passe pas entre le ministre Chérif Mahamat Zène et sa secrétaire d’État Achta Saleh Damane. Il paraît que le ministre travaille en solo dans tous les dossiers et il n’associe point sa secrétaire d’État aux décisions du département des affaires étrangères. D’après les mêmes rumeurs, la secrétaire d’État se sent marginalisée.

Affaire à suivre en attendant le retour de Chérif Mht Zène de ses vacances privé à Dubaï……

ISSAKHA ABAKAR MAHAMAT

Correspondant particulier depuis New Jersey

Tchadanthropus-tribune

950 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article