Abderaman Hassan Mahamat Itno alias Bedey s’entête à penser que le département des passeports et documents sécurisés est sa chasse gardée ?

Depuis plusieurs mois, bientôt une année, les Tchadiens sont bloqués pour l’obtention des documents sécurisés à cause d’un individu (Bedey) qui exige et corrompt toute entité qui est en place pour viabiliser le service des documents sécurisés.

Pour comprendre le problème, il faut revenir plusieurs années en arrière. Grâce à son oncle (Idriss Déby Itno) dont il est le neveu, Bedey a obtenu le marché des passeports et documents sécurisés le 03 février 2011 qu’il a eu à gérer pendant plusieurs années jusqu’au 15 novembre 2014. Son entreprise SOGECT-TCHAD entité privée et familiale a fait travailler des fonctionnaires de l’État payés par le trésor public tchadien sans que lui-même ne paye ses impôts.

3 ans et quelques mois, SOGECT-TCHAD, cette entreprise privée avait travaillé avec le concours des fonctionnaires de l’État (policiers et gendarmes, service d’immigration et accessoires), dans les locaux de l’État sans que l’Assemblée nationale ne daigne dénoncer le clientélisme et le népotisme qui en découlait.

Si ledit Bedey n’est pas le neveu direct du président de la République, même Idriss Déby en personne ne va tolérer ce hold-up fait sur le dos des Tchadiens.

Bedey à travers son entreprise SOGECT-TCHAD a gagné en bénéfices des milliards de FCFA de manière illicite parce que son entreprise n’a pas observée en règle les paiements d’impôts, et tant bien même quand elle le fait, SOGECT-TCHAD le fait aux rabais des proratas et indices en vigueur. Les fonctionnaires qui travaillent pour les documents sécurisés n’ont jamais été payés par SOGECT-TCHAD en dehors de leurs salaires de base qu’ils perçoivent de l’État. Une parfaite exploitation de l’homme par l’homme.

Le constat est grave. Il y a eu une utilisation abusive des services de l’État pour une entreprise privée au nez et à la barbe des autres entrepreneurs tchadiens. Un fait d’injustice qui laisse nos compatriotes par ruminer leurs colères dans un silence sans pareil.

Quoi que nos compatriotes disent, en face on leur répondra que c’est parce que Bedey est le parent d’Idriss Déby que les gens veulent lui causer du tort. Que nos compatriotes s’insurgent où le dénoncent. Mais en vérité on oublie que ses faits sont truffés de malversation et de favoritisme.

Le fait qu’il soit en fait un parent d’Idriss Déby ne pose aucun problème en soi. C’est un tchadien qui a des droits et des devoirs. Mais le truchement fait à l’échelle de la République pour lui faire place est injuste vis-à-vis des Tchadiens qui sont dans l’entrepreneuriat, et vis-à-vis des citoyens tchadiens.

Le cas des documents sécurisés est une syllabe qui s’inscrit avec les autres affaires que le régime Déby lui octroie facilement et sans concurrence.

Le marché découlant de l’argent de la CNPS pour la construction d’un super marché à l’exemple des centres d’Affaires qu’ont trouve dans certains pays. Spécialiste des avenants, le marché qui est parti d’un budget de 23 milliards de FCFA se trouve aujourd’hui à hauteur de plus de 40 milliards FCFA. Une autre affaire beaucoup plus grave concerne l’ONAPE dans laquelle nous reviendrons plus tard. Une simple question, pourquoi l’IGE n’est jamais passée par là, puisque dans tous ces marchés il y a de l’argent public.

Pourtant, pendant ce temps où on explique aux Tchadiens qu’il y a crise une financière, le trésor public lui fait place nette pour récupérer son argent alors que les autres entrepreneurs continuent de trimer sans rien touché.

Revenons à l’aspect document sécurisé qui attire notre attention et celle de nos compatriotes.

En 2015 quand son oncle s’est brouillé avec lui, il instruit le gouvernement de lui reprendre l’affaire des documents sécurisés. Énervé, Bedey contacte tous les médias en ligne et les journaux de la place pour crier à l’injustice et intenter un procès à l’État tchadien. Sur instruction, la justice ordonne de l’indemniser à hauteur de plusieurs milliards de FCFA. Il obtint à titre de dommage et intérêts entre 4 milliards de FCFA et 557 487500 millions de FCFA rien que pour les passeports, sans compter les cartes grises, les cartes d’identités et les permis de conduire. Si s’était un autre tchadien il ira peindre les chaises au marché de mil (métaphore)

Normalement, pour une personne intelligemment constituée et ayant encaissé cette fortune qui est hautement contestable, Bedey devrait ne plus rôder tel un prédateur autour des documents sécurisés. Mais la cupidité et le gain facile finissent toujours par prendre le dessus des individus qui ne savent rien créer en termes d’entrepreneuriat.

Par malheur aux Tchadiens, SOGECT-TCHAD et son PDG compte toujours revenir pour gérer les documents sécurisés, bien sûr avec les mêmes méthodes en voulant faire travailler les fonctionnaires du département de l’immigration sans qu’ils soient ses salariés directs et ainsi dégager une marge de bénéfices colossale.

A-t-il contribué à l’emploi des Tchadiens ?

La fameuse SOGECT-TCHAD a-t-elle mis en place un projet afin que nos compatriotes accèdent à l’emploi avec les milliards engrangés ?

Pour s’accaparer des documents sécurisés, Abderaman Hassan Mahamat Itno alias Bedey fait placer d’abord ses hommes à la sécurité de l’État et à l’immigration. Il veut aussi profiter de son beau-frère ABBA ALI SALAH qui est le ministre de la Défense et à la Sécurité.

Très écouté par son oncle (Déby) à cause de certaines proximité et service rendu, Bedey arriva par y faire nommer ses hommes à lui.

D’après nos sources, son parent Sogour Kerim fut ramené de la fiscalité pétrolière au service d’immigration à cet effet. Cet homme pieux et respectueux doit se résoudre à faire un travail de clientélisme et de malversations.

Le DG de la police Hissein Doudoua, que certains affirment comme un homme de la cour, passe le clair de son temps au jardin privé de Bedey parce que diton que c’est ce dernier qui a interféré dans sa nomination à ce poste.

Si le ministre de la Défense a été nommé personnellement par Idriss Déby à cause des conflits qui ont surgi dans le Tibesti, tout le microcosme bien informé à N’Djamena affirme que Bedey utilise sa proximité avec le ministre pour s’accaparer de cette affaire de passeports, cartes grises, carte d’identités et permis de conduire. La preuve qu’avance certaines sources dans la capitale, est le ministre ABBA ALI SALAH passe le clair de son temps hors travail entre le domicile de Bedey où son jardin privé. D’ailleurs, beaucoup affirme que le blocage des passeports est fait exprès pour que nos compatriotes arrivent à regretter la période où son entreprise gérait ces documents.

Certains compatriotes très proches de Bedey bien évidemment mettront en évidence le caractère de réussite et tancent ceux qui dénoncent de jaloux et haineux. Pour une personne qui utilise les moyens de l’État qui sont à sa portée, quel tchadien ne réussirait-il pas dans un contexte pareil ? Qui ?

La fortune amassée illicitement pour la majorité des Tchadiens, des fois vue proprement par certains courtisans, a permis à Bedey d’investir dans l’immobilier en France (Paris et le sud de la France à Cannes). De diversifier ses affaires vers Dubaï, l’Égypte, le Soudan et l’Éthiopie. Si certaines affaires sont conçues avec des prête-noms, ceux qui sont en France sont dans l’œil de Transparency internationale dont on est devenu membre à part entière en 2018 en intégrant le bureau Afrique central et en créant le pôle Tchad. Nous reviendrons sur ce mécanisme pour mieux l’expliquer. Cet organisme (le pôle Tchad) après son officialisation aura le concours de Transparency internationale et d’interpole). L’avenir ne perdra pas de vue ceux qui ont dilapidé l’argent des Tchadiens. Mais nous revenons au sujet qui intéresse actuellement nos compatriotes.

Aujourd’hui, la distribution des passeports est bloquée. Une exception de circonstance est faite pour les pontes du régime MPS et certaines personnes privilégiées. Mais les Tchadiens lambda qui doivent se mettre en conformité avec les documents exigés à l’échelle internationale sont pris en otage par la cupidité d’un seul homme et le pouvoir qu’il exerce par procuration. Jusqu’à quand l’injustice ?

Nous reviendrons bientôt avec d’autres éléments et l’article sur le marché de l’ONAPE.

Tchadanthropus-tribune

3772 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article