Le président national du parti politique Union des Démocrates et le Développement (UDD) Dikbo Hubert, a fait une communication à ce sujet le 25 janvier dernier.

 

Suite à l’annonce de la privatisation de la Société Nationale de Ciment (Sonacim), le président national du parti politique Union des Démocrates et le Développement (UDD), Dikbo Hubert dit non.

 

Lors d’une communication faite ce mercredi 25 janvier 2023 à Pala, Dikbo Hubert déclare que l’annonce de la privatisation de la Sonacim le surprend désagréablement pendant que l’on se pose la question de savoir ce qu’attend le gouvernement pour relancer cette société.

 

Selon lui, la Sonacim est plongée aujourd’hui dans une crise sans précédent, avec un chômage technique qui vient d’être déclenchée et dont l’issue est incertaine. Face à ces situations, le président national de l’UDD Dikbo Hubert réaffirme avec force, son opposition totale à la privatisation de cette société.

 

Il interpelle le Premier ministre, Saleh Kebzabo, par ailleurs fils du terroir, à abandonner purement et simplement cette décision qui selon lui est  prise ‘’de manière unilatérale’’, et de privilégier plutôt l’intérêt de la population. Qu’il dise réellement ce qui se cache dernière cette intention, jugée mafieuse qui vise à faire écran, à travers une société privée pour des intérêts d’un groupuscule.

 

L’UDD demande au président de la République Mahamat Idriss Deby Itno, garant du bien-être de la population, de prendre en main le dossier de la Sonacim pour qu’une solution immédiate soit trouvée à la crise actuelle, et de mettre un terme à cet imbroglio politico- socio-économique.

 

Dikbo Hubert exige que les différentes promesses non tenues, à l’endroit de la zone productrice, soient faites en priorité dès la relance des activités ; de rétrocéder tous les avantages dus depuis le démarrage de la Sonacim.

 

Il exige aussi que l’acte administratif instituant les 5% de revenus en faveur de la zone productrice soit pris en toute urgence. L’UDD demande la mise sur pied d’une commission mixte de contrôle pour inspecter le passif de cette société, et entend initier une pétition dans les prochains jours, pour recueillir les signatures de la population tchadienne opposée à cette décision.

 

Il est par ailleurs envisagé l’organisation d’une marche pacifique pour exprimer le ras-le-bol de la population sur la gestion de la Sonacim. Le président de l’UDD dit mettre en garde la direction générale de la Sonacim dans le cafouillage en cours, sur un éventuel licenciement abusif des employés qui ont déjà longtemps traversé le désert.

 

Enfin, il veut dire à qui veut l’entendre que la Sonacim reste sur le plan social et politique aujourd’hui le seul pont entre le grand Mayo-Kebbi et l’Etat tchadien martèle. Privatiser cette société, c’est autant faire une croix sur ces provinces de manière définitive, malgré déjà leurs statuts des zones abandonnées conclut-il.

Le Tchadanthropus-tribune avec Alwhida

2486 Vues

Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire