Jusqu’ici totalement absent d’Afrique centrale, le groupe américain Hyatt, principalement actif sur la côte est du continent, construit un premier palace au Cameroun.

Depuis quelques semaines s’érige, sur les ruines du Central Hôtel de Yaoundé, le futur Hyatt Regency, premier hôtel de la chaîne américaine en Afrique centrale et deuxième cinq-étoiles du pays après le Hilton. Le projet est géré par la société Glenview SA du Camerounais Patrick Shey, qui dispose d’un bail emphytéotique de 35 ans signé en septembre 2019 (le démarrage des travaux a été suspendu pendant deux ans à la suite d’un conflit d’indemnisation avec la Société africaine de développement du tourisme, propriétaire du Central Hôtel).

Projet ambitieux – haut de 120 mètres, bâti en Y sur un site d’un hectare, disposant de 200 chambres et 11 suites, le futur cinq-étoiles devrait ouvrir début 2024.

Jusqu’ici, le groupe américain avait totalement délaissé l’Afrique centrale, se concentrant plutôt sur l’Afrique de l’Est (Kenya, Tanzanie, Mozambique, Maurice), la Corne (Éthiopie) et le Maghreb (Égypte, Maroc, Algérie). L’Afrique centrale est en effet trustée par les américains Radisson et Marriott, tandis que l’Afrique de l’Ouest reste dominée par Accor (Côte d’Ivoire, Ghana).

Loin derrière ses principaux concurrents en nombre de palaces sur le continent, Hyatt a planté une première pierre il y a quelques années en décrochant un site sur la corniche de Dakar, où un hôtel Hyatt Centric est en construction depuis plusieurs années. Le groupe a également essayé de prendre pied en Côte d’Ivoire en s’associant avec la Société des Lagunes (SDL) de Georges Angama. Mais l’alliance a fait long feu.

Tchadanthropus-tribune avec la Lettre du Continent

467 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article
Vous devez vous connectez pour pouvoir ajouter un commentaire