Le président n’a jamais été à l’écoute de ses membres et son pouvoir était quasi absolu. Et lors de cette ultime élection, il n’a pas eu recours aux armes habituelles de la compétition électorale. Il avait un bilan à défendre, mais il s’est abstenu de le faire. On ne l’a jamais vu aux côtés de ses électeurs. Il n’a jamais fait campagne, préférant au débat d’idées les petits arrangements en coulisse ou faisant jouer son entregent auprès des chefs d’État.

862 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article