Les deux homologues du président centrafricain pressent ce dernier de lancer une amnistie générale. Un conseil qui soulève la colère à Bangui. Idriss Débyreste le maître du jeu à Bangui. Alors qu’il avait invité Faustin Archange Touadéra à N’Djamena, le 29 juin, le président tchadien a envoyé son Premier ministre accueillir son homologue centrafricain à sa descente d’avion. Dès son arrivée au Palais rose, ce dernier a eu la surprise de trouver, autour d’Idriss Déby, Alpha Condé, président en exercice de l’Union africaine (UA), mais aussi le président de la commission de l’UA et ex-ministre tchadien des Affaires étrangères, Moussa Faki Mahamat, ainsi que son conseiller spécial, le Mauritanien Mohamed El Hacen Lebatt, ancien représentant spécial de l’UA pour la Centrafrique.

 

Selon nos informations, Faustin Archange Touadéra a été recadré par ses pairs au cours de cet entretien impromptu. Ces derniers ont notamment insisté pour la proclamation rapide d’une amnistie générale au profit des groupes armés centrafricains afin d’endiguer la violence dans ce pays. Faustin Touadéra a rétorqué qu’une telle décision appartenait aux parlementaires, mais ses hôtes n’ont rien voulu entendre.

 

Le chef de l’État centrafricain était accompagné de son directeur de cabinet Firmin Ngrébada, de son porte-parole Albert Mokpeme Yalokéet de son conseiller politique Georges Isidore Dibert, du coordonnateur du programme Désarmement, démobilisation et réintégration(DDR) Jean Willybiro-Sako ainsi que de l’influent député Guy Moskit. Pris en étau entre une opinion publique partisane de “l’impunité zéro” et les juges de la Cour pénale internationale (CPI), qui s’apprêtent à enquêter sur de possibles crimes de guerre en Centrafrique, Faustin Archange Touadéra est ressorti défait de cet entretien avant de reprendre son avion pour Bangui.

 

Tchadanthropus-tribune avec Africa intelligence

1632 Vues

  • Entre toudera et deby aui gouverne la repubiq centrafricaine pourqoi lui impose et lui donne les instructions

    Commentaire par ALHADJI ALIKO le 5 septembre 2017 à 13 h 01 min